Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 11:09
CHAROLLES

BERAUD (1), BERNARDIN (1), BOUCHOT (1), DAUVERGNE (5), DEGRANGE (1), DUCAROUGE (1), FEBVRE (2), LHOTE (2), MORAILLON (1), PROST (2), RONDOT (1), SARREZ (1), SAULNIER (2), SEGAUD (1), TILLIER (2), VAIZAN (1),

Charolles proviendrait du mot celtique "Kadrigel", forteresse au milieu de l'eau. Certains évoquent également Carolus, ou Carolus Rex (Charlemagne).[réf. nécessaire]

Héraldique [modifier]

Blason de Charolles

Blasonnement : de gueules, au lion à la tête contournée, d'or, armé et lampassé d'azur.

Un chef cousu d'azur, chargé d'une fleur de lis d'or aurait été rajouté tardivement[1] (image de droite). S'il apparaît dans certains armoriaux[2], il semble peu usité[3].

blason

Charolles à la fin de l'ancien régime [modifier]

Charolles était, à la veille de la révolution, la 14e ville de la grande roue des États de Bourgogne, siège du bailliage royal de Charolles, de la maréchaussée et prévôté, du grenier à sel et de la subdélégation de Charolles. Elle comprenait en outre une Eglise collégiale (l’Eglise Saint Nizier, composée théoriquement d’un primicier curé, d’un sacristain et de dix chanoines, en fait de trois chanoines), le Prieuré de la Madeleine, un couvent de Picpus, de Clarisses et de Visitandines, un Collège et un Hôpital général.


Monuments et sites historiques de de Charolles [modifier]

Tour Charles le Téméraire
Tour Charles le Téméraire
  • Une station paléolithique est localisée à Brèche et aux Tyrs.
  • Les vestiges de l'ancien château-fort des comtes de Charolais, avec notamment la tour circulaire de Charles le Téméraire du XIVe siècle, la tour des Diamants du XIVe siècle, la porte fortifiée et les restes des murs d'enceinte, aujourd'hui aménagés en jardin public, sont visibles.
  • Dans les salons de l'Hôtel de ville un panneau de faïence représentant l'entrée du duc de Bourgogne dans la ville.
  • La demeure des sires de La Magdeleine : façade XVe siècle, fenêtres à meneaux, inscription médiévale. Cette demeure à habriter une ancienne Faïencerie XIXe siècle.
  • Sous-préfecture, demeure XVIIIe siècle de Claude Fricaud, député du bailliage de Charolles en 1789.
  • Lycée, Palais de Justice : ancien couvent des visitandines XVIIe siècle : galerie à arcades.
  • Ancien couvent des Clarisses XVIe siècle, où vécut sainte Marguerite-Marie Alacoque, rue Baudinot : façade à fenêtres à meneaux, escalier à vis, chemin de ronde ; charpente en carène de bateau ; cloîtres, galerie de bois de la cour intérieure.
  • Ancien couvent des ursulines , place des Halles.
  • Ancien prieuré bénédictin de La Madeleine XVe siècle : tour octogonale XVe siècle, façade avec fenêtres à meneaux, salle capitulaire ; grande salle du rez-de-chaussée; collection de chapiteaux XIIe siècle de l'ancienne Chapelle du prieuré.
  • Cadran solaire XIXe siècle vers l'ancien couvent des visitandines.
  • Pont XIXe siècle sur l'Arconce : traces de deux tours d'accès.
  • Moulin restauré.
  • Ancienne maison forte de Corcelles XIVe siècle/XVIIe siècle, remaniée XVIIIe siècle : 2 tours carrées et portail d'entrée.
  • Anciennes fermes fortifiées dans les environs.
  • Église du Sacré-Cœur néo-romane XIXe siècle.
  • Chapelle Saint-Roch 1600.
  • Chapelle du Gros Bon-Dieu XVIIIe siècle, vieil escalier d'accès de 38 marches.
  • De nombreuses belles maisons anciennes, des ponts et des passerelles sont encore à découvrir.

Musées et expositions [modifier]

La Semence à Charolles, en 1904
La Semence à Charolles, en 1904
  • Expositions temporaires à l'ancien couvent des Clarisses.
  • Institut charolais : découverte de l'élevage charolais.

Personnalités liées à la commune [modifier]


Le cours de l'Arconce [modifier]

L'Arconce prend sa source en Saône-et-Loire, au sud du Mont-Saint-Vincent à une dizaine de kilomètres au sud-est de Montceau-les-Mines, sur le territoire de Mary et prend d'emblée la direction du sud. Elle forme peu après l'étang du Rousset et continue sa route en direction du sud-ouest. Son cours comporte de très nombreux méandres. Arrivée au niveau de la forêt des Charmays, près d'Anzy-le-Duc, elle change brusquement d'orientation et se dirige vers le nord-nord-est, parallèlement à la Loire, dans laquelle elle finit par se jeter à Varenne-Saint-Germain, un peu en amont de la ville de Digoin.

L'Arconce baigne notamment la ville de Charolles, ainsi qu'Anzy-le-Duc.

Hydrologie [modifier]

L'Arconce est une rivière assez abondante, comme la plupart des cours d'eau du Charolais. Son débit a été observé sur une période de 38 ans (1970-2007), à Montceaux-l'Étoile, localité toute proche de son confluent avec la Loire [1]. Le bassin versant de la rivière est de 599 km².

Le débit moyen interannuel ou module de la rivière à Montceaux-l'Étoile est de 5,65 m³ par seconde.

L'Arconce présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées, avec des hautes eaux de fin d'automne-hiver portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 6,5 et 11,8 m³ par seconde, de novembre à mars inclus (avec un maximum en février). Dès fin mars le débit diminue progressivement tout au long du printemps pour aboutir à la période des basses eaux qui se déroule de la mi-juin à la mi-octobre, amenant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à 1,15 m³ au mois d'août, ce qui reste assez confortable, il est vrai. Mais les fluctuations de débit peuvent être plus importantes d'après les années et observées sur des périodes plus courtes.

À l'étiage le VCN3 peut chuter jusque 0,18 m³, en cas de période quinquennale sèche, soit 180 litres par seconde, ce qui n'est pas encore trop sévère, et correspond à la moyenne des cours d'eau d'autres rivières du bassin de la Loire.

Quant aux crues, elles peuvent être importantes, caractéristique partagée par la plupart des affluents de la Loire. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 55 et 72 m³ par seconde. Le QIX 10 est de 84 m³ par seconde, le QIX 20 de 95 m³, tandis que le QIX 50 vaut 110 m³ par seconde.

Le débit instantané maximal enregistré à Montceaux-l'Étoile durant cette période, a été de 148 m³ par seconde le 2 décembre 2003, tandis que le débit journalier maximal enregistré était de 90,7 m³ le 5 novembre 2004. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, on constate que cette crue était largement supérieure au débit calculé de crue cinquantennale, et donc tout à fait exceptionnelle.

Il est intéressant de comparer ces débits de crue de l'Arconce à ceux d'un affluent important de la Seine, l'Eure, observés à Cailly-sur-Eure [2] . Alors que le QIX 10 de l'Eure vaut 90 m³ par seconde pour un bassin de 4 598 km², celui de l'Arconce en vaut 84, c'est à dire presque autant, mais pour un bassin de seulement 600 km² et un débit plus de trois fois moindre. Il en va de même pour le QIX 50 : 110 pour l'Arconce et 120 m³ pour l'Eure. Ainsi, les crues de la relativement modeste Arconce sont presque équivalentes à celles de l'Eure.

Au total, l'Arconce est une rivière abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 299 millimètres annuellement, ce qui est un peu inférieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, mais nettement plus élevé que la moyenne du bassin de la Loire (244 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) de la rivière atteint 9,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

CHATEAU DE CORCELLES
  • 1366 : la maison forte est tenue par le dernier descendant de la famille de Corcelles; à sa mort, elle est partagée entre ses trois filles, épouses de Jean Sachet, d'Étienne Saligny et de Jean Bocquillon
  • XVIIe siècle : propriété de la famille Mottin
  • 1643 : Guy Mottin, avocat au bailliage de Charolles, acquiert de sa soeur Jeanne et du mari de celle-ci, Jean Beaudinot, avocat à Paray, la part qui lui est échue dans la succession de son père, Philibert Mottin
  • 1694 : Claude Mottin est seigneur de Corcelles
  • vers 1770 : propriété de Blaise Quarré, seigneur du Plessis

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories