Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:25

BACONNET (4), BADOS (2), BERNARD (25), BOURGEON (1), BRUSSON (1), BUE (10), CATIN (2), CHANUT (5), CHAPUIS (1), CHAUMOIS (8), CHAUMOYS (2), CHETEAU (9), CHEVRIER (9), COLAS (2), CORDIER (1), CRETIN (2), CUREAU (2), CUROT (4), DELPHIN (5), DIOT (39), DOMY (14), DUBUISSON (1), GALLAND (1), GAUTHERON (3), GAUTHIER (1), GENTY (1), GONNET (1), GRANDJEAN (5), GROS (1), GUICHARD (1), GUY (2), HUMBERT (2), JANNEAU (1), JOLY (3), LAMBERT (1), LAURENT (3), LECUELLE (11), LORDON (1), LOUCHE (11), MARCEAU (1), MARECHAL (2), MARTIN (2), MATHEY (3), MAZOYER BAZARD (1), MERCIER (2), MESNAGE (1), MESNAGER (3), MEUNIER (1), MORAND (3), PACAUT (3), PATARD (5), PELISSONNIER (1), PELLETIER (16), PERE (10), PERNOT (1), PERRAUD (1), PHILIBERT (1), PIPONNIER (5), PLATERET (3), POITOUX (13), PONT (2), POURRE (1), RAVEL CHAPUIS (2), REGNAUD (1), RICHY (3), ROBOT (2), ROUBOT (3), RUGER (1), TERRIER (2), VANDROUX (1), VEAU (31), VOIRET (1), VOLATIER (3),

Loisy ne cesse de surprendre par la richesse de son patrimoine : les halles sous lesquelles le seigneur rendait jadis la justice, l’église construite par les moines de Cluny dès le IXème siècle, le château édifié au XIIème siècle et partiellement reconstruit fin XVIIème siècle. Loisy est sans doute l’une des plus anciennes communes du canton de Cuisery, comme en témoignent les tumulus. Vous découvrirez plus largement la culture bressane au travers d’éléments typiques de son patrimoine, tels que les maisons à colombages,les calvaires, 

les moulins (Plainchamp et Chervet) et la ferme traditionnelle de la Grange Gaule, très ancienne et privée. Ces bâtiments de ferme importants n’ont sans doute pas dévoilé tout leur passé. En 1630, dans l’inventaire, après le décès de Gaspard de Gaule de Plainchamp (branche bourguignonne des ancêtres du Général de Gaulle), on trouve une maison d’habitation à Plainchamp et la Maison du Grangier : La Grange Gaule.

Dominant la Seille Loisy offre également de beaux paysages. Ainsi, à proximité de l’église s’ouvre un agréable point de vue sur la Bresse et les prairies des bords de Seille en contrebas. Elles offrent une diversité de milieux constituant un refuge pour de nombreux oiseaux. Cette faune ainsi que la flore font l’objet d’une protection particulière (zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique : ZNIEF.

LOISY
Des traces d'occupation romaine, tumulus et oppidum (non confirmées par des véritables fouilles archéologiques) laissent penser que l'origine de Loisy est très ancienne. On peut supposer que les Celtes étaient déjà présents en cet endroit avant les Romains.

En effet, à quelques mètres du château actuel, sur une butte se trouve une galerie souterraine se terminant par une fontaine qui selon la tradition populaire seraient les restes d'un oppidum romain, peut-être précédé par un oppidum gaulois (voir annexe 1)

Une fortification contenant des objets du X°, XI° siècle est parvenue jusqu'à nous sous forme d'un tertre érigé en bord de Seille (voir "Mottes et tumulus".)

En 924 les Hongrois pillent et saccagent le Mâconnais. Dans une des mottes, ont été trouvées de petites sculptures de facture hongroise.

Le premier texte qui est arrivé jusqu'à nous, date de 950 : le cartulaire de Cluny désigne Loisy sous le nom de "CASTRUM LOGIACI" (à vérifier)(castrum indique un fort, une place forte et sert de ce fait pour désigner une localité).

En 981, 'LOSIACUM', "vocable de St Martin, archiprêtré d'Orme, diocèse de Chalon ; patron, l'abbé de Cluny; recette de St Laurent ; subdélégation de Louhans ; chapelle fondée, et chapelain résidant". réf: (Cour.)

En 993, l'abbé de Tournus donne à Henri de Bourgogne la terre de 'LOSIACUM' dont l'église avec son vocable actuel de St Martin(à vérif).

Le registre des Fiefs Chalonnais l'appelle encore en 1287 'CASTRUM LOVSIACI'(à vérif). Références: (AVP n°35)

Au X° siècle, le comte Aymon donne au monastère de Cluny l'église de St Martin de Loisy, et le port de Recula (annexe 3)

En 1477 les terres de Loisy dépendent de l'abbaye de Tournus. (voir annexe 4)

 

 

 

Blasonnement : de gueules à la fasce ondée abaissée d'argent, surmontée d'une tour d'or

 

L'histoire du testament de Louis XIV passe par Loisy où il fut caché pendant 100 ans: Daté du 13 avril 1715, il fut completé de plusieurs codicilles, Louis XIV décède le 1er septembre 1715; le testament est détourné et reste dans les archives de la famille d'Orléans jusqu'en 1790. Puis Philippe Egalité le confie à Charles de la Chapelle qui sera guillotiné en 1793 et en 1827 sa veuve cache le testament au château de Loisy où il est retrouvé en 1927.

 

 

 

* 1503 Antoine de Loisy possède la Baronnie de La Villeneuve et de la Truchère. "Loisy portait azur à cinq fasces d'or." (Prêt. p110)

 

* 1825 Prieur Guigot de Loisy est lieutenant de louveteries (A de SL).

* An XII Demonterot est curé à Loizy et Domy est maire (A de SL).
* Le colonel Charles-Gilbert de La Chapelle s'est éteint à Saint-Ythaire (Saône-et-Loire) le 15 avril 2000 à l'âge de 86 ans. « Mon honneur s'appelle fidélité ». Toute sa vie, le colonel aura été l'expression vivante de cette grande devise de la Légion Étrangère, par sa conduite au feu, son autorité morale et son esprit d'initiative. Chef de corps au 1er REC . « Mon idéal et ma vocation, je les ai choisis à vingt ans en m'engageant. Là seulement on trouvera les mobiles de mon acte : qu'on n'aille pas les chercher ailleurs. Fils et petit-fils de soldats, né en 14 au chateau de Loisy en pleine guerre, je peux dire que j'ai appris sur les genoux de ma mère les sentiments de l'honneur et de la Patrie... Pour moi il n'y a aucun doute. J'ai suivi la voie de l'honneur, cette voie passe aujourd'hui par les prisons... On juge une politique à ses résultats. ».

* Famille et maison Petitjean

A Votentenay, existe toujours une maison à galerie, dite "maison Petitjean" voilà ce qu'écrivait M Thielly en 1920:

"La famille Petitjean, originaire de Savigny en Revermont, habitait le hameau de Votentenay où existe encore la maison qu'elle avait fait construire.

Grand admirateur de Napoléon 1er, un des descendants de l'ancien maire avait fait ériger, vers 1823 dans un bosquet sis non loin du home familial, un monument à la gloire du conquérant.

De ce monument tombé en ruine depuis de longues années il ne reste, gisant sur le lieu même de l'érection, qu'une pierre taillée portant cette inscription: 'élevé au mérite NB mort le 3 mai 1821'. " (Th)

La pierre dite "de Napoléon" est toujours en place. Ce monument dont une partie du socle existe toujours était étrangement à l'écart des habitations et dirigé vers un ancien étang. Cet étang était peut-être toujours en eau en 1823!

Si cette construction date de 1823, c'est-à-dire sous Louis XVIII, il était sans doute préférable de faire un monument à la gloire de Napoléon à l'abris des regards. Et d'ailleurs, est ce le temps qui l'a détruit, où un opposant à l'empereur?

La maison a été construite dans les années 1740-1750 par Philippe Petitjean (1711-1785), fermier général de la terre et seigneurie de Loisy. Un de ses fils, Antoine-Marie, dit le cadet, né en 1756, y résida à partir de 1785. A sa mort, en 1819, la maison revient de droit à son fils Richard Philippe Petitjean-Boussin, lui aussi juge de paix qui l'habita jusqu'au début des années 1830. Peu après, il la loue à un de ses fermiers, car il se fixe à Cuisery, rue des Echeneaux. (Lec.)

En août 1785, Petitjean Richard Philippe dit aîné fait réalisé un plan , dit terrier Petitjean, actuellement possédé par "Les amis du vieux Cuisery". Ce plan d'environ 2m sur 1m, récapitulant l'ensemble de sa propriété, en majorité située sur Votentenay est le plus ancien plan connu de Loisy. La maison principale de ce terrier est voisine de la "maison Petitjean", alors habitée par "le cadet".

Armes des Petitjean: De queules à une tour d'or ouverte et ajourée de sable, surmontée un vol d'argent (D'Arbaumont)

Votentenay. Ferme bressane typique (actuellement habitée par daniel Villerot). La maison haute et basse (rare en Bresse du Nord) est entre deux bâtiments de granges et d'écuries. La galerie à pans de bois, couverte d'un toit plat et de tuiles rondes, rythme la façade. L'angle fermé à droite protège du nord et cache l'escalier (18° siècle). Ce type de maison de qualité utilise rarement les deux pentes de toit ; plus au nord tout est aigu et souvent accompagné de pigeonniers à pans de bois ; plus au sud, tout est plat à tuiles rondes, sans pigeonniers. A Tenarre (Baudrières) se voit, en bordure de route, un bel exemple de galerie haute et basse. (Description Michel Bouillot Historien, 1997.)

voir http://perso.orange.fr/villerot/

Lieux et monuments [modifier]

* Château de Loisy
* Hameau de Votentenay (ou Votantenay, Vautantenet, Votentenet, Votentenayoux): le hameau de Votantenay est très vieux, comment en douter!
o La morphologie de certains chemins (vers "le Molet" par exemple) laisse supposer qu'ils sont d'origine celte.
o Le nom de Vautantenet existait déjà au Moyen Âge.
o Le "champ paradis" peut nous faire croire à l'existence d'une chapelle (où un cimetière d'après Nette ...).
o Le même Nette disait avoir trouvé des pierres au Mornan, appartenant, selon lui, aux ruines du château de la Dame, vers le pré de la Dame, l'étang de la Dame; fabulation ou réalité?
o Dans les communaux des Mornans, des trous (avec des pierres sur les côtés), seraient des traces de four à charbon de bois (selon M Perrault).
o Avant la création des paroisses, existaient des communautés souvent séparées par la forêt. Rien n'interdit de penser que Votentenet en était une (peut-être même avant Loisy, soyons chauvin).

Tout ça pour dire que notre hameau existe depuis 2000 ans et que l'on peut souhaiter qu'il tienne encore 2000 ans.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents