Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 12:31

Recherche et développement

Nombreuses initiatives concernant la pierre sèche sont en cours dans le bassin méditerranéen en France et dans les pays voisins, aussi bien en Angleterre que dans le nord de l’Europe. La spécificité de la pierre sèche dans les régions sud, telles que les Cévennes, est bien sûr dans l’aménagement pharaonique du terrain en pente par le biais de terrasses, et les systèmes hydrauliques associés à ces aménagements.

 


Retour




Les informations suivantes viennent d’un document « La filière pierre sèche : Mission et méthodologie développée par la Chambre de Métiers de Vaucluse depuis 1999 ». Très complet, ce document écrit par Claire Cornu de la Chambre de Métiers illustre les dynamiques pour le développement de cette filière qui sont mises en place en France et le pourtour méditerranéen. Il présente une multiplicité d’actions, de partenariat et les dispositifs de financement mobilisés pour ces actions. Pour plus d'information: voir le siteweb de la CMA 84:

 
Mission de préfiguration d’un pôle pierre sèche :
La Chambre de Métiers de Vaucluse a été chargé de la mission de préfiguration d’un pôle pierre sèche au Beaucet, en partenariat avec l’APARE (association pour la participation et l’action régionale) financée par le FNADT[1], le Conseil Régional PACA et la commune du Beaucet. Cette mission s’est opérée selon trois axes de concertation :
-          Un Comité de pilotage s’est réuni en févier 2001, en mars 2002 puis en avril 2003 au Beaucet.
-          Une rencontre des muraillers (= artisan de l’art de bâtir la pierre à sec, c’est à dire sans mortier, sans liant) s’est déroulée en juin 2001 puis en juin 2002 à la Chambre de Métiers de Vaucluse, cette dernière réunissant des muraillers du Vaucluse, des Alpes de Haute Provence, des Cévennes, de Corse, d’Ardèche, du Gard, de Haute-Loire. La CAPEB[2] nationale était représentée : les métiers de la pierre et ceux de la maçonnerie.
-          Le bulletin d’information « reppis.net » : mai 2001, février 2002, septembre 2002, avril 2003 et décembre 2003. Il est diffusé, au niveau national, dans le réseau des Chambres de métiers, des syndicats du bâtiment, des médias spécialisées, des centres de formation initiale du bâtiment, mais aussi dans le secteur agricole, de la culture, du tourisme et de l’environnement, et de la formation professionnelle du bâtiment, plus des écoles d’ingénieurs, d’architectes et d’architectes paysagistes, ainsi que le monde associatifs et le réseau européen et international rencontré.
 
Echanges et contacts avec d’autres réseaux :
-          La Chambre de Métiers de Vaucluse a participé à un séminaire à Majorque , en octobre 2000, organisé par le Parc national des Cévennes, entre artisans cévenols et artisans mallorcains: débats sur le marché et sur la formation professionnelle, visites de chantiers écoles (public de jeunes en insertion) et de sites réhabilités pour un produit touristique ciblant la petite randonnée culturelle.
-          En octobre 2001, l’Office de l’environnement pour la Corse a invité La chambre de Métiers au séminaire final dePROTERRA en Balagne (Corse), programme européen sur un nouvel usage des terrasses de culture en pierre sèche : 12 sites de terrasses, 3 en Espagne, 1 en Italie, 2 en Grèce, 6 en France : Baronnies, Cévennes, Aubagne, Puget-Rostang, (06), Belgodère (20), Retournac (43).
-          A leur demande, en octobre 2001, La Chambre de Métiers a rencontré le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Ils terminait alors un programme européen sur « les paysages de terrasses : des millénaires d’innovation » (Grèce, Italie, Espagne, France) et sont très attentifs à nos travaux et surtout à notre volonté d’animation de réseau.
-          En mars 2002, l’Agence Paysages et le District d’aménagement du Val de Drôme ont convié La Chambre à l’inauguration de la reconquête du site de terrasses du vignoble de Brézème à Livron (26).
-          En janvier 2003, l’association Initiatives et Développement en Méditerrannée a associé La Chambre de Métiers à son programme du pourtour méditerranéen sur les filières innovantes et savoir-faire locaux : « Savoirs »  sur Euromed Héritage.
-          En mai 2003, La Chambre de Métiers est invité au Forum sur la pierre sèche au Printemps des artisans de Saint Quentin la poterie (30) organisé par la FFB du Gard (fédération française du bâtiment).
-          Depuis janvier 2004, un contact s’est établi avec l’ENITA (école nationale d’ingénieurs des travaux agricoles (63): section aménagement et développement rural.
-          En avril 2004, rapprochement avec le Groupe pierre du Pôle construction soutenu par la Région Languedoc-Roussillon et animé par le CPPM (centre de promotion de la pierre & de ses métiers).
 
Actions enclenchées sur l’enjeu économique professionnel:
Valoriser un savoir-faire impose de développer le marché, et pour ce faire, il faut démontrer que la technique est fiable et optimiser le dimensionnement des murs pour en réduire les coûts du à l’application du principe de précaution. C’est pourquoi, La Chambre de Métiers du Vaucluse s’est rapproché du Laboratoire LGM-DGCB de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) de Lyon et du SETRA (service d’études techniques des routes et autoroutes du Ministère de l’Equipement), délégué par l’AFNOR (Agence française de normalisation). Les ingénieurs collaborent avec les artisans et de cette collaboration est née le dialogue et l’échange qui les a conduit à bâtir des murs tests en calcaire au Beaucet (84) en 2001, en schiste à Saint Germain de Calberte (48) en 2003 et en granite, schiste et calcaire au Pont de Montvert en octobre 2007 et avril 2008, destinés à être écroulés pour valider des calculs préalablement établis en laboratoire.
 
Le succès de la thèse de doctorat « étude des murs de soutènement en maçonnerie de pierre sèche » soutenue par Boris VILLEMUS le 9 mars 2004 représente la porte d’entrée dans le monde des ingénieurs. La Chambre de Métiers de Vaucluse va maintenant vulgariser cette thèse en guide technique de recommandations. Ce travail est indispensable pour, non seulement crédibiliser la technique, mais pour qu’enfin elle fasse l’objet de commande publique et ainsi permettre à ce patrimoine d’être entretenu, restauré, valorisé. Et ainsi, les muraillers obtiendront la garantie auprès de leur assureur, indispensable pour l’accès à ces nouveaux marchés publics.
Anne-Sophie Colas, doctorant à l'ENTPE sous l'égide de Jean-Claude Morel, continue acuellement les recherches sur la pierre sèche en 2006, 2007 et 2008.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories