Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 12:29

hameau de CHARDONNAY

  • Manoir (XIIe siècle) ancienne dîme des moines de Cluny, au lieu-dit « Champvent ».
  • Lavoir dont l'origine remonterait au début du XVIIe siècle.
  • La cave coopérative vinicole de Chardonnay a fusionné en 1994 avec celle, voisine, de Lugny ; elle est spécialisée dans l'élaboration des crémants de Bourgogne commercialisés par la cave de Lugny.
  • La Pierre de Matafin (pierre néolithique classée monument historique).
Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 12:10

En 960[1], Lambert de Chalon, comte de Chalon, qui fondera en 973 le prieuré d'Orval à Paray-le-Monial, affronte à proximité de Chalmoux les troupes de Guillaume IV d'Aquitaine et refoule la coalition des Aquitains et des Auvergnats. L'odonyme « rue Lambin », qui désigne un modeste chemin communal, tire probablement son origine de cet épisode belliqueux.

Sur le territoire de la commune, ancienne concession minière de Chizeuil (pyrites de fer et de cuivre), exploitée jadis par la Compagnie du Creusot, puis par la société Saint-Gobain, jusque dans les années 1960.

 

 

Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 11:41

Philiberte LEGLISE †ca 1640, fille de Jehan et Guillemette MARECHAL, mariée avec Claude PERNOT

 

Philiberte LEGLISE †ca 1640
|
Regnault PERNOT †1688
|
Claudine PERNOT †1691
|
Claude JACQUARD 1684-1759
|
Guillaume JACQUARD 1728-1796
|
Antoinette JACQUARD 1765-
|
Francois CONRY 1801-1838
|
Francois CONRY 1838-
|
Pauline CONRY 1870-
|
Jean Marie DIOT 1904-1955
|
Gilberte DIOT
|
Maryse LACHAUX 1955
|
David BOITIER 1989

 

Histoire

Antiquité et période monastique

Le territoire local a été occupé dès l'Antiquité, mais la nature du sol humide, argileux, dépourvu de pierres, n'a pas permis l'érection de monuments durables. Toutefois, de nombreuses traces sont encore visibles sur le terrain : sites jonchés de débris de tuiles et briques d'époque gallo-romaine, tessons, traces visibles de voies romaines.

Mouthier doit son nom à son monastère (moustier = couvent).
Bien avant l'an mille, des moines sont venus s'installer dans ce lieu : il est à peu près certain que Mouthier fut évangélisé par Saint-Lautein (470-547) et que celui-ci fonda le monastère dont il ne reste plus rien aujourd'hui. Celui-ci est mentionné en 926 dans un testament de l'abbé Bernon, premier abbé de Cluny, sous le nom d'Ethice, puis dans différents titres en date de 1089, 1107, 1111, 1159... sous les noms de « Cenobium Ethicense », « Abbatia », « Monastérium », « Ecclesia Si Eugendi Ethicae » ou encore « Ethicencis ». (Au XVe siècle, il sera finalement nommé « Monastérium in Brixia » dans le catalogue des bénéfices de l'abbaye de Cluny.
La cohésion religieuse grandissant au Xe siècle, c'est sous l'autorité de l'abbé Bernon, que le couvent de Mouthier fut uni aux abbayes de Gigny, Baume-les-Messieurs et Silèce (Saint-Lothain), toutes « filles » de celle de Cluny.

À sa mort, en 927, l'abbé Bernon légua le gouvernement de Baume, Gigny, Ethice et Silèce à un parent, et celui de Cluny à un autre disciple. Le destin du prieuré de Mouthier rejoint celui de Baume et se sépare désormais de celui de Cluny.

Jusqu'au XVIe siècle, le tissu des relations étroites entre les monastères reste solide, mais aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, les moines cédèrent les fonctions curiales à un prêtre séculier, les prieurs étaient « commendataires », nommés par le roi, ils avaient la jouissance des revenus de l'abbaye. Laïcs, ils laissaient souvent l'administration spirituelle du monastère à des prieurs claustraux ou des prêtres desservant le prieuré. À partir de 1771, les moines, peu assidus à la vie monastique abandonnèrent le prieuré qui fut réuni au chapitre de Baume. Les bâtiments claustraux abritèrent le régisseur de l'abbé commendataire, servirent à la fois de mairie et d'école, l'église du couvent - l'église de Saint-Oyant - servit de remise à bois.
À la Révolution, les biens du prieuré furent nationalisés, bâtiments démolis et vendus par lots, mobilier et ornements vendus (fondus en monnaie) malgré la supplique du curé paroissial et de la municipalité de l'époque adressée aux administrateurs du département. Le moulin du prieuré fut vendu en état en 1792.

Seigneuries

Le territoire de Mouthier fut placé sous la dépendance de 4 seigneuries :

  • la baronnie de Bellevesvre (seigneur du clocher de Mouthier, suzerain sur les hameaux de Four-en-Chaux, la Ronce, les Creuillons, Le Rond, une partie d'Hiège et la Verne). Son château se trouvait à Bellevesvre ;
  • la baronnie de Dissey (suzerain sur les hameaux de Dissey, le Colombier, les Champs, les Rattes). Le château existait encore au Colombier en 1634. Il disparut peu après, quelques traces sont encore visibles au sol ;
  • les seigneuries d'Hiège-Evans tenaient leurs fiefs du baron de Bellevesvre, régnaient sur les hameaux d'Evans, l'autre partie d'Hiège, les Bigueurs, le Tilleret, Chêne-Sec. Le château, plutôt une maison forte, existait encore en 1778 à la dernière rénovation du terrier, le puits subsiste toujours au hameau d'Evans ;
  • la seigneurie d'Authumes (issue de la baronnie de Pierre) régnait sur les hameaux de Chouillère, Favry et sur Authumes, où les restes du château sont encore imposants.

Chaque quartier avait donc ses redevances propres selon son appartenance à l'une ou l'autre de ces seigneuries. Les seigneurs avaient depuis longtemps fait établir par leurs notaires des actes de reconnaissance de leurs droits sur leurs sujets.

La paroisse de Mouthier

Mouthier posséda deux églises : celle du prieuré, l'église de Saint-Oyant, très vaste, était réservée au monastère ; l'autre plus modeste, l'église de Saint-Vite bâtie juste à côté sous la protection du seigneur de Bellevesvre, était l'église paroissiale. En 1783, les habitants, attachés à leur église, demandent le réparation de celle de Saint-Vite et refusent d'occuper celle de Saint-Oyant pourtant plus vaste : un gros budget de réparation s'engage donc, accordé par la subdélégation de Seurre : clocher, toit de la nef, chapelle latérale, porte, carrelage, sacristie, chœur.

La paroisse de Mouthier était considérable, englobant les territoires de « Mouthier rive gauche de la Brenne » et de « Dissey rive droite », avec Beauvernois, Chêne-Sec, Le Tilleret, Teignevaux, Saint-Martin, Chalange. Responsable de 2 158 paroissiens en 1791, le curé demandait des assistants pour le seconder dans sa trop lourde tâche. L'actuelle église, incendiée en 1855, puis réparée, renferme la pierre légendaire de Saint-Vite, sur laquelle le saint fut martyrisé par les Romains et rapportée du royaume de Naples ; elle renferme aussi une piéta, sculpture polychrome toute de bois du XVIe siècle, ainsi que quatre bâtons de pèlerin magnifiquement travaillés, classés au registre des monuments historiques.

La communauté administrative de Mouthier à la Révolution

En 1790, la communauté regroupe trois zones administratives distinctes :

  • « Mouthier rive gauche » qui englobait Le Bourg, Hiège, Evans, Le Rond, Les Creuillons, La Ronce, Four-en-Chaux, administrée par un échevin élu, mais aux pouvoirs limités ;
  • Beauvernois qui recouvre Le Tilleret, Les Bigueurs, Chêne-Sec administrée par le même échevin que Mouthier ;
  • « Dissey rive droite » qui englobait Dissey, Les Champs, Les Rattes, La Verne, Chouillère, Favry, administrée par son propre échevin élu.

Ces trois communautés étaient souvent appelées à travailler ensemble pour de mêmes causes. En 1789, deux d'entre elles, Mouthier et Dissey, seront réunies pour former l'actuelle commune de Mouthier, séparées désormais de la commune de Beauvernois en Saône-et-Loire, celles du Tilleret et de Chêne-Sec en Franche-Comté.

Hiège[modifier | modifier le code]

Le nom de Hiège provient de aqua, eau en latin, qui a donné « aige » en patois pour désigner un canal d'irrigation.

L'école[modifier | modifier le code]

Les premiers instituteurs furent les moines, et les écoles étaient annexées au monastère, encore en 1783, malgré leurs départs.

En 1695, une ordonnance de Louis XIV laissa aux habitants la faculté de choisir leur recteur d'école, mais l'avis du curé était indispensable. Les instituteurs communaux passaient un marché avec la municipalité qui les rétribuait ; ils s'engageaient aussi à assister le curé à la messe, chanter les vespres, assister aux enterrements, mariages, baptêmes, nettoyer, décorer l'autel... Mouthier, étant une très vaste paroisse, eut très tôt plusieurs écoles avant 1691 : au prieuré, à Chouillère, parfois au domicile des maîtres-adjoints. Le hameau de Chouillère avait des instituteurs irréguliers qui tenaient école dans l'une ou l'autre des maisons du hameau, souvent dans la « maison des grenouilles », à Charbonnière.
En 1748, la paroisse acheta au bourg une propriété pour y construire une école communale et loger le recteur, mais en 1783, celle-ci n'est pas encore construite (emplacement probable de l'actuelle mairie).

En 1847 s'ouvre la première école communale de filles ; en 1849, les sœurs de la Providence de Portieux en ouvrent une autre qui connait un vif succès (120 élèves) ; des conflits fréquents opposeront la commune et cette école libre ; en 1868, la commune vote alors la gratuité absolue des écoles communales. On construit l'école de hameau à Chouillère (en brique, selon des plans de l'architecte chalonnais Charles Gindriez), avec une classe de filles et une classe de garçons en 1889[1].

En 1892, l'école du bourg fut reconstruite en entier sur le même emplacement (actuellement mairie). Au début 1900, les instituteurs du bourg recevaient 150 élèves d'octobre à mars. En 1912, les effectifs sont tels que la commune engage la construction d'une nouvelle école pour les filles (l'actuelle école) si bien qu'en 1914, l'école libre, faute d'effectifs, doit fermer ses portes.

L'exode rural a très vite frappé le village. En 1965, il faut déjà fermer l'école de hameau. Au bourg, deux classes subsisteront jusqu'en 1988. Aujourd'hui, une seule classe est ouverte, la municipalité a demandé son entrée dans le regroupement pédagogique intercommunal de Bellevevsre et Torpes, en 1988. Ce sont les enfants de grande section maternelle et de cours préparatoire de Mouthier, Bellevesvre, Torpes et Beauvernois qui remplissent depuis, cette classe. Heureusement, ils bénéficient du ramassage scolaire porte à porte par mini-bus matin, midi et soir.

Avant 1930, les enfants éloignés apportaient leur repas de midi, puis en 1930, on créa une cantine pour les mois d'hiver. Puis en 1945, celle-ci fonctionna toute l'année scolaire. Avec l'entrée en R.P.I., la cantine de Mouthier disparaîtra après sa fusion avec celle de Bellevesvre. Dans des locaux devenus trop exigus, la traditionnelle cantine prendra le statut de restaurant scolaire municipal dans un bâtiment neuf, construit à Bellevesvre et géré en commun par les communes du R.P.I.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie repose principalement sur l'agriculture, principalement la polyculture. Le territoire est inclus dans le domaine AOC pour la production du poulet de Bresse.

Les nombreux commerces et artisanats (en 1910 : 6 aubergistes, 1 boulanger, 3 cantonniers, 3 charrons, 1 cordonnier, 4 épiciers-merciers, 3 forgerons, 2 gardes-champêtres, 4 entreprises de battage, 4 maçons, 2 menuisiers, 3 meuniers, 1 perruquier, 5 sabotiers, 1 tonnelier, ...) ont pratiquement disparu. Mouthier conserve un important revendeur de matériel agricole et horticulture.

La commune devient progressivement une zone de villégiature, en raison de forêts giboyeuses, et de prairies se prêtant bien à l'élevage de chevaux.

Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 11:30

Recherche tous les: né(e) / baptisé(e) / mariés / décédé(e) / inhumé(e) à serley,.

  • Jean BASSAN, fils de Jean et Jacqueline COLLINET, marié avec Jeanne RECORDON
  • Regnault PERNOT †1688, fils de Claude et Philiberte LEGLISE, marié avec Desiree MILLOT
  • Desiree MILLOT †1657, fille de Denis et Emilande HUMBERT, mariée avec Regnault PERNOT
  • Claude PERNOT, fils de Philibert et Pierrette THIBERT, marié avec Philiberte LEGLISE
  • Philiberte LEGLISE †ca 1640, fille de Jehan et Guillemette MARECHAL, mariée avec Claude PERNOT
  • Paulie PERNOT †1664, fille de Claude et Philiberte LEGLISE
  • Guillaume CHAPPELAIN, fils de Philibert , marié avec Jeanne THIBERT
  • Jeanne THIBERT, fille de Claude et Guillemette TISSERAND, mariée avec Guillaume CHAPPELAIN
  • Claudine PETOT 1672, fille de Jean et Jeanne BOILLON, mariée avec Francois GRAPIN
  • Jeanne BOILLON †1693, mariée avec Jean PETOT
  • Jeanne RECORDON, fille de Jean et Denise HUMBERT, mariée avec Jean BASSAN
Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 11:17

CHATOT (1), PERNOT (1)

 

Le territoire de la commune présente une particularité remarquable : celle de posséder deux enclaves (l'une de 26 hectares, l'autre de 10 hectares) de la commune de Chêne-Sec du département du Jura[1] (ce qui constitue le seul cas de territoire communal enclavé à l'intérieur du département de Saône-et-Loire[2]).

Le sous la monarchie de Juillet, un loi est promulguée réunissant les communes de Chêne-Sec et de Beauvernois en une seule, dont le chef-lieu est fixé à Beauvernois, et dans le département de Saône-et-Loire[3]. Mais le 5 juin, un ordonnance annonce que c'est par erreur que ce projet de loi a été inséré au Bulletin des Lois[4]. Le projet de la Chambre des députés du 28 janvier incluait en effet la nouvelle commune dans le département du Jura[5], alors qu'à la Chambre des pairs c'est un projet de loi différent issu de réclamation des autorités locales qui avait été voté, plaçant la commune en Saône-et-Loire. Un nouveau projet de loi est donc proposé à la Chambre des députés le 5 juin, plaçant cette fois la commune en Saône-et-Loire[6]. La procédure semble ne pas avoir eu de suite.

Repost 0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 16:11
Repost 0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 16:09

BACH

BEETHOVEN

BRAHMS

CHOPIN

DEBUSSY

DVORAK

GRIEG

MOZART

RAVEL

ERIK SATIE

Repost 0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 11:16
Repost 0
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 15:22

 

MONET
Repost 0
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 15:21
Repost 0
Denis RETHY - dans ASIE
commenter cet article

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents