Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 20:44
BAUDOT (1), CHAMBRION (2), DUPERRIER (2), GODARD (1), LEPHILIBERT (1), RETHY (3), ROCHETTE (1), VALLOT (1),COULAND (1), RETHY (1), TRIBOULIN (1), VALLOT (4),

ST NIZIER SOUS CHARMOY DEVIENT LES BIZOTS EN 1904
Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 20:41


BEAUVOIS (7), BERNARD (1), BERT (3), BOULOT (1), BUGUEY (1), COIN (1), CONRY (2), CORCELLE (1), GAUDILLERE (6), LAMBERT (1), MERLE (1), MOREAU (1), PILLOT (1), PLATEY (3), THEVENAUT (26), THEVENOT (1), TRANCHAN (1),

ST MARTIN EN BRESSE

Eglise paroissiale pratiquement reconstruite de 1834 à 1837 - Clocher édifié de 1870 à 1878 - Réparations en 1876, 1883 et 1887.

(source : Inventaire départemental des monuments et richesse d'art Saône et Loire)

Saint-Martin-en-Bresse fait à la fois partie de la communauté de communes Saône Doubs Bresse, du canton d’Ouroux sur Saône et de la Bresse bourguignonne

Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 20:28

 

 



l

 

Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 19:23
DEVILLON (2), DUCAROUGE (4), FRICAUD (5), JACOB (1), MATRAT (2), PEGUET (1), TILLIER (1), TISSIER (1),

ST LEGER LES PARAY

Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 19:20

CARREY (1), MEREAU (1),

ST LEGER DU BOIS

Le village connait une forte expansion à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, liée à l'exploitation de schistes bitumineux avec l'accord de plusieurs concessions minières[1]

 

 

Château de Lally

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le château de Lally est situé sur la commune de Saint-Léger-du-Bois en Saône-et-Loire, dans la vallée, au bord du ruisseau de Lacanche.

Sommaire

[afficher]

Description [modifier]

  • La partie la plus ancienne semble être une grosse tour barlongue, appareillée en pierres. Au nord, le mur de gros appareil, qui se poursuit de part et d'autre de la tour, formait le mur d'enceinte polygonal du château fort. Vers l'est, un bâtiment moderne à usage agricole s'y appuie. Vers l'ouest, un corps de logis fait retour d'équerre: des corbeaux de mâchicoulis subsistent à l'angle extérieur.
  • Dans la cour, une tête noyée dans la maçonnerie et plusieurs fragments de sculptures sont encore visibles. Les anciens fossés forment bief vers le nord où se trouvait un petit moulin abandonné. Un bâtiment de communs date du XVIIe siècle.

Le château est une propriété privée et ne se visite pas.

Historique [modifier]

 

 

Château de Champsigny

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château situé sur la commune de Saint-Léger-du-Bois en Saône-et-Loire, à flanc de coteau.

Sommaire

[afficher]

Description [modifier]

Il ne reste du château d'origine qu'une porte d'entrée et une tour carrée. La porte monumentale, qui commandait un pont-levis, est couronnée de mâchicoulis ; deux canonières ont été aménagées de part et d'autre. Dans le prolongement de la porte, la tour, haute d'un étage, comporte une grande salle avec une cheminée ; une tourelle carrée lui a été accolée. En 1739, le domaine est décrit ainsi : "Le domaine seigneurial de Champsigny consiste dans le château exclusivement ... autres bâtiments dans la basse-cour et au village pour les métayers, dans les bâtiments du meunier, du moulin battoir et huillerie plus dans 260 journaux de terres labourables et en 134 soitures 3/4 de prey, plus dans les cens et rentes en argent qui se montent à 24 livres 9 sols 9 deniers, deux mesures combles de froment, un tiers de mesure d’avoine, mesure d’Autun, et dans les droits généraux annuels et casuels cy après expliqués."

Le château, propriété privée, ne se visite pas.

Historique [modifier]

  • XIVe siècle : le fief, tenu de Dracy-Saint-Loup, est entre les mains des seigneurs de Champsigny.
  • Fin du XVe siècle : il est la propriété de Robert et de Louis de Bournonville.
  • Période actuelle : le château est la propriété des descendants du maréchal de Mac-Mahon, duc de Magenta, président de la République française.

 

Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 19:11
FRICAUD (1), LESPINASSE (1), TURRET (1),

ST LAURENT EN BRIONNAIS

  • Eglise

Clocher Chapiteau Base de pilier

Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 19:09
DESAUX (1), GODARD (2), MATHEY (1),

ST LAURENT D'ANDENAY

La commune couvre une grande superficie, en liaison avec les deux quartiers principaux éloignés de quelques kilomètres :

  • Le Bourg, où se trouvent les institutions administratives ainsi que l'Eglise.
  • La cité des Quarts, à proximité de Montchanin. Ce quartier a été implanté en liaison avec les usines Schneider de Montchanin.

L'expansion spatiale a débuté dès le début des années 1980, au lendemain de la mise en service de la ligne à grande vitesse. Le lotissement Les Brochets s'est établi dans le Bourg de la Commune. Puis ce sont les lotissements des Chênes et des Tilleuls qui ont suivi. Enfin, le lotissement des Charmes est en construction.

Transports [modifier]

La commune de Saint-Laurent-d'Andenay est situé à proximité de la gare le Creusot-Montceau de la ligne TGV Paris-Lyon, et de la RCEA.


 

 

Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 19:04


SAINT JULIEN DE CIVRY

Au sud de la Bourgogne, Saint-Julien-de-Civry est un village du Brionnais, région considérée comme le berceau de la race bovine charolaise.

Le paysage est vallonné, constitué de collines s'abaissant à l'ouest vers les méandres de l'Arconce. Hauteurs boisées, parcelles de vigne et rus encaissés alternent dans un paysage de bocage typique.

L'habitat est dispersé, avec de nombreux hameaux éparpillés sur les hauteurs, tandis que le bourg est lové au pied de la butte de Prizy, offrant une vue très pittoresque en venant de Charolles.

L'essentielle activité économique est l'élevage bovin pour la viande (charolaise). Quelques chèvres et vaches laitières servent à la fabrication de fromage (le charolais).

Toponymie et étymologie [modifier]

Saint Julien est Julien de Brioude, martyr décapité à Brioude en 304. Civry pourrait venir d'un patrnoyme latin Severius accompagné du suffixe -iacum[1]. C'est le nom d'un hameau proche du bourg, qui aurait été le centre de la paroisse au Haut Moyen Âge.

Lieux-dits et écarts [modifier]

Civry, le Grand Chemin, la Tanière, le Pou, le Guidon, Ville-Martin, Gros-Bois, Maringues, Vaux, les Jean Denis, Charnay, le Bois de Laye, les Villards, Mochère, la Brosse à l'Eau, Chevagny, Gonin, la Vaivre, le Petit Bois, le Bois de Sarre, Bourgaisin, Tollecy, les Morins, le Perret, la Noue, Villemartin

Des restes romains à Maringues (pièces de monnaie, fragments de demeure) témoignent d'une occupation humaine dès l'Antiquité.

Avant le XIIe siècle, Civry était le centre de la paroisse. L'église de Civry aurait été détruite pendant les guerres de religion. L'église actuelle du bourg a été érigée au XIIIe siècle.
Saint-Julien dépendait des comtes palatins de Dyo, qui possédaient le château de Vaux, construit au XIVe siècle.

Durant la Révolution française, Saint-Julien-de-Civry fut rebaptisé "Vert Pré". La commune fut alors le chef-lieu d'un éphémère canton regroupant Dyo, Saint-Germain-en-Brionnais, Amanzé et Prizy[2].

Le château de Vaux du XIVe siècle, ainsi que les restes du château du Petit Bois démontrent l’importance qu’a eue le village à une certaine époque. En effet, le village comptait 1 435 habitants en 1820.

Chevet Chapiteau du choeur

  • Chapelle Sainte-Geneviève, au Petit-Bois : chapelle romane (ouverte un jour par an). A proximité, restes d'un château.
  • Le Château de Vaux (XVIIe siècle) domine la région. Il a remplacé vers 1634 le château du XIVe siècle, et a été agrandi vers 1900[4].
  • Anciens moulins à eau (Moulin de Vaux, Moulin de Cachot). Fermes typiques.
  • La "Maison du sculpteur" à Charnay
  • Lavoir dans le bourg ("la fontaine")
  • Nombreux points de vue intéressants, notamment au soleil couchant, lorsque la lumière rasante met en exergue les formes douces du paysage, et dore la pierre jaune des fermes brionnaises.

Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 18:56
BONNAMY (1), CAILLET (1), CHAMOIS (1), CHAUSSARD (1), GUILLOT (1), LAURENT (1), MONNOT (8), MONOT (5), MONTANDEY (2), PERCEPUCE (1), QUEUSSIER (8), RAVENEAU (1), VALLOT (2), VOLOT (6),

ST GERVAIS SUR COUCHES

L'EGLISE DE ST GERVAIS SUR COUCHES
Très ancienne et classée, le dictionnaire géographique de la France la cite comme étant du XIIème siècle, mais si l'on se réfère aux Mémoires de la Société Eduenne publiés en 1911 dans lesquels, s'appuyant sur les données fournies par le chœur de la basilique de Vézelay, par les églises Notre-Dame de Dijon, Notre-Dame de Cluny et la cathédrale Saint-Vincent de Chalon, l'auteur écrit : « II paraît difficile d'admettre que l'église de Saint-Gervais ait été édifiée avant l'an 1200 ; mais il semble d'autre part, qu'elle dut certainement recevoir son achèvement avant 1260 au plus tard. « Pour bâtarde qu'elle soit, celte église n'en constitue pas moins un spécimen très rare, peut-être unique dans nos pays de cet art religieux du XIIIème siècle qui a laissé si peu de traces. Cette église a été élevée d'un seul jet et du mélange intime des procédés gothiques et romans qui s'y rencontrent. Cette conclusion seulement peut être tirée : qu'elle fut l'œuvre d'une époque où l'art ogival commençait à pénétrer dans les campagnes bourguignonnes toutes couvertes déjà de monuments de l'âge antérieur. »
Le clocher de l'église de Saint-Gervais est une tour carrée terminée par un toit à deux pentes et construite sur les piles de la travée de chœur. Le portail est intéressant : l'archivolte est un rouleau en demi-cercle se terminant à chaque extrémité par une tête sculptée. L'arc du tympan repose sur deux élégantes colonnettes dont les chapiteaux portent des crochets terminés par des marguerites finement sculptées. Le tympan est gravé d'une croix au centre de laquelle est sculptée une fleur. L'ensemble de l'édifice est soutenu par de nombreux et puissants contreforts ; quatre de façade ; d'autres jalonnent extérieurement les travées, enfin deux soutiennent les angles du chevet plat.
L'église dispose de trois nefs et d'un chevet plat comme dans les églises cisterciennes. Le transept est inexistant. A partir de la travée de chœur les bas-côtés s'élargissent et se terminent également par un mur plat un peu en retrait du mur de chevet, ce qui a permis d'éclairer l'abside par deux fenêtres latérales. Ainsi élargis les deux bas-côtés forment deux chapelles : chapelle Notre-Dame à droite et chapelle Saint-Denis à gauche. Pour autant qu'on puisse en juger sous les reprises en ciment, la voûte de la nef principale était une voûte d'arêtes soulignées par des nervures ; les bas-côtés sont voûté en berceau plein cintre. Ce type d'église a été qualifié de « martinien » parce qu'il a été, adopté par plusieurs prieurés de l'abbaye de Saint-Martin d'Autun. Les six chapiteaux de la nef ont un décor semblable et très simple : des feuilles triangulaires avec une seule nervure médiane en relief. Par contre, les 'quatre chapiteaux des piles de chœur ont un, décor soigné de feuilles trilobées en bouquet de trois. L'un de ces quatre chapiteaux (pile sud), sur sa face regardant le chœur, porte en son angle un moine tenant dans sa main, contre sa poitrine, un objet rond qu'on peut supposer être une pomme. L'église de Saint-Gervais que Mgr Lebrun, ancien évêque d'Autun appelait « cette petite cathédrale », est remarquable par son architecture et possède beaucoup de caractère.

LE PATRIMOINE VERNACULAIRE
Le village de St Gervais dispose de 5 lavoirs dont 4 restaurés, d'un oratoire et de 4 calvaires.

PATRIMOINE NATUREL
Le Mont Rême, qui culmine à 515 m d'altitude vous offre de très beaux panoramas. prochainement, une table d'orientation y sera installée.
  • Ruines de château-fort, forteresse de Sautrone ou Sauturnes, motte castrale, forteresse de plaine à plates-formes quadrangulaires ou ovalaires, fortifiée au XVe siècle et ayant appartenu au chancelier Nicolas Rolin
  • Église Saint-Gervais de Saint-Gervais-sur-Couches (XIIe siècle, classée au titre des Monuments historiques le 2 juin 1911) : retable du XVe. En piètre état au début du XXe siècle, cette église fut défendue en 1911 par Maurice Barrès en personne à la Chambre des Députés, au cours d'un duel oratoire qui l'opposa au député d'Autun Germain Perier et que l'écrivain rapporte dans La grande pitié des églises de France (1914)[5].
Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 18:53
ST GERMAIN EN BRIONNAIS

  • Eglise

Façade ouest et clocher Choeur Chapiteau

Benoît Raclet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Benoît Raclet est l'inventeur de l'échaudage de la vigne.

Né à Roanne en 1780, il épousa la fille du propriétaire d'un domaine viticole à Romanèche-Thorins.

Huissier et propriétaire viticole à Romanèche (Saône-et-Loire), il découvrit le remède pour se débarrasser du « ver coquin », la pyrale, insecte qui dévasta les vignes dans la première moitié du XIXe siècle, surtout dans le Mâconnais.

Dans son hameau de La Pierre, la treille verte et vigoureuse était arrosée quotidiennement d’eau de vaisselle chaude venue de la cuisinière des Raclet. Il fit donc des essais d’échaudage qui firent rire mais des experts conclurent que le « procédé Raclet » était le plus économique, le plus efficace et le seul susceptible d’être appliqué en grand dans les vignobles.

Il mourut dans l’oubli à Saint-Germain-en-Brionnais (Saône-et-Loire) en 1844. Une statue fut édifiée en son honneur le 2 octobre 1864.

Reconnaissants envers Benoît Raclet, les vignerons de Saône-et-Loire honorent tous les ans sa mémoire en organisant la fête Raclet, à la fin du mois d'octobre, à l'occasion de l'exposition-marché des vins du Mâconnais et du Beaujolais. C'est la première « grande sortie » de toutes les appellations beaujolaises. Elle permet de voir ce que donneront les vins du millésime.

À Romanèche se trouve la maison de Benoît Raclet, « docteur de la vigne ».

Repost 0

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents