Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:24
ANDRE (1), BAUDIN (1), BOITIER (4), CLEAU (1), NAVIERE (1),HAIGNERE (1),


LE CREUSOT
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:24
MENAGER (1),


LAIZY

Le château est en ruines, les arbres poussent dans les fossés et la cour est un pré. Le château médiéval était de plan pentagonal, avec quatre tours rondes et une tour carrée à l'entrée. Au début du XXe siècle, on distinguait encore une grande tour carrée au N. Les restes de cheminées monumentales date de l'époque du chancelier Rolin.

On ne peut imaginer la splendeur passée du château qu'au travers des réflexions de ceux qui l'ont approché avant sa démolition:

  • Mme de Sévigné, reçue en 1677 par son cousin Roger de Bussy-Rabutin, déclare: "sa situation est admirable; j'en ai le paysage dans la tête et je l'y conserverai soigneusement."
  • Le même cousin parle, quant à lui, des "propretés dont je l'embellis"
  • Claude Courtépée, historien de la Bourgogne, admire, vers 1775, le "beau salon orné de quantité de tableaux"

Le château (ISMH) est une propriété privée et ne se visite pas.

Historique [modifier]

  • XIIIe siècle : mention de la seigneurie de Chazeu, qui appartient à la famille de Longvy, qui porte "de gueules à la bande d'or"
  • début XVe siècle : vente de la seigneurie par le mari et les frères de Jeanne de Longvy à Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne.
  • 3ème quart du XVe siècle : le cardinal Jean Rolin, évêque d'Autun, fils du chancelier, hérite du domaine
  • 1483 : le fils naturel du cardinal, Sébastien Rolin, hérite à son tour du château
  • début XVIe siècle : Esmée Rolin et Antoine d'Orges sont dame et coseigneur de Chazeu
  • 1651 : après avoir été partagée entre deux familles, la seigneurie est à nouveau réunie par l'écrivain Roger de Bussy-Rabutin, qui, ayant hérité d'une moitié, en rachète l'autre à Chrétienne de Chissey; il avait épousé huit ans avant Gabrielle de Toulongeon, petite fille de sainte Jeanne de Chantal
  • 1659 : en disgrâce, Bussy-Rabutin doit s'exiler sur ses terres de Bourgogne, l'hiver, à Bussy-le-Grand et la bonne saison, à Chazeu
  • 1730 : le château est vendu par le petit-fils du précédent, Roger de Langheac, à Jean-Baptiste Rabiot de Meslé
  • 1765 : nouvelle vente, cette fois à Jean-Baptiste de Mac-Mahon
  • 1794 : vente par lots
  • 1803 : rachat par Maurice-François de Mac-Mahon
  • 1840 : le fils du précédent vend la propriété après avoir fait démolir le château pour en utiliser les matériaux

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:23



DIOT (1), DUGRIVEL (8), MARECHAL (1), TAUPENOT (1),LA TRUCHERE

La Truchère fait partie de la Bresse. La réserve naturelle de La Truchère - Ratenelle se situe en Saône-et-Loire, au sud-est de Tournus, non loin de la confluence Saône-Seille, site majeur pour ses plantes et ses oiseaux rares.

Au confluent de la Seille et de la Saône, à la jonction des chemins de randonnée de la Bresse et du val de Saône, La Truchère vous offre le charme et le calme de sa verdure et de ses plans d'eau.

Le long de la Seille, votre marche vous conduira à un pont de 9 arches, l'un des derniers barrages à aiguilles, et non loin-de-là à une écluse toujours en fonction malgré son grand âge (construite en 1794). Tout à côté, le Bois de Maillance classé Héronnière vous invite à la promenade à l'ombre de ses arbres.

A la sortie du village, un parking aménagé permet de laisser sa voiture pour flâner. Un panneau sonore installé là vous apprendra à reconnaître le chant des oiseaux.
Vous pourrez admirer dans le village un très ancien calvaire qui porte la statuette de Saint Nicolas et de Saint Jean Baptiste et entrer dans l'église (ouverte seulement le dimanche de Pentecôte à fin septembre) pour contempler un tableau de saint Roch, patron de la paroisse.

Une halte nautique accueille les plaisanciers et propose des promenades en bateau. Un peu plus loin, la " Vieille Seille " offre aux pêcheurs la possibilité de venir en famille. Mais si vous désirez voir la friture dans votre assiette sans l'incertitude de la pêche, 2 restaurants vous attendent sur le quai.

Sur la commune, s'étendent les 93 ha de la Réserve Naturelle de la Truchère-Ratenelle, où vous découvrirez une mosaïque de milieux naturels très différents les uns des autres : tourbière, étang, dunes de sable

Réserve naruelle "La Truchère-Ratenelle"

Située à proximité de la confluence Saône-Seille, la Réserve Naturelle de la Truchère-Ratenelle , gérée par le Conservatoire des Sites Naturels Bourguignons, est composée de 3 milieux naturels :

L' Etang Fouget : Seule la partie contre la digue ressemble à un plan d'eau traditionnel. Les trois quart restants laissent apparaître un univers marécageux constitué de petits canaux bordés d'une végétation exubérante : carex, roseaux, saules… Dans ce labyrinthe végétal, de nombreuses espèces d'oiseaux trouvent un refuge idéal pour se nourrir ou se reproduire. Un observatoire sur le bord de l'étang permet au visiteur d'apprendre à reconnaître les espèces présentes. Un sentier botanique sur pilotis permet également de découvrir la composition du paysage végétal.

La tourbière : Etonnante à 200 m d'altitude, la tourbière permet, de par son sol acide toujours gorgé d'eau, le développement de mousses caractéristiques appelées " sphaignes ". Quelques végétaux originaires de l' époque glaciaire ont trouvé ici un ultime refuge : ce sont les droséras, minuscules plantes carnivores.
Ces milieux sont fragiles et peu sûrs, l'accès n'y est pas autorisé.

Les dunes de sable : Elles représentent sans doute le milieu le plus étonnant de la Réserve. A quelques mètres du sol gorgé d'eau de la tourbière, on se retrouve sur un sol chaud et sec qui rappelle plus le bord de mer que la Bresse. Modelé il y a quelque 5000 ans par le vent, le sable nu est partiellement recouvert de tapis de mousses et de lichens multicolores surmontés de buissons jaunes du genêt ou roses des calunes fausses bruyères. Dans cet univers désertique, certains insectes comme le fourmillion ou la cicindelle sont rois Un sentier permet de découvrir la vie animale et végétale sans la perturber.

 


 

 


Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:23
BAILLY (1), BARD (5), BAUDREON (1), BIDAUD (1), BILLEBAUD (1), BOBEREAU (1), BONNEAU (1), BOUILLOT (1), BOURGEOIS (1), BOUTILLON (1), BOYER (5), CHAROLLOIS (1), CHATEAU (1), CHAUSSARD (1), COGNARD (1), COMMEAU (46), CONTANT (1), CONTASSOT (14), COULON (4), COUREAU (6), CUZIN (18), DECHAUX (1), DESCOURT (2), DUBAND (2), DUCROUX (1), DUVERNE (1), DUVERNEAU (2), FORET (1), GAUTHIER (2), GERMAIN (2), GIEN (3), GRANGER (2), JONDEAU (1), JONDOT (1), LABONDE (2), LALONDE (1), LAMOUR (7), LANGILLIER (2), LARIEPE (3), LAUCLERC (1), LEPHILIBERT (1), LEQUIN (1), LOUDENOT (1), MARACHE (1), MARET (8), MICHON (3), NECTOUX (9), PELLETIER (8), PERRIN (1), PILLOT (4), PITOIS (1), RAVIER (1), RAVIOT (8), RETHY (9), RIZEY (2), ROUGEOT (2), VACHER (16), VERNEAU (6),


LA TAGNIERE

CHATEAU DE CHAMPIGNOLE

Le château, succédant à une demeure médiévale dont il a conservé les douves, date vraisemblablement du XVIIe siècle. Il se compose d'un corps de logis allongé complété à chaque extrémité d'un pavillon faisant saillie. Les communs forment deux ensembles : d'une part un long bâtiment bas terminé à chaque extrémité par une construction carrée et, d'autre part, un pavillon donnant sur la cour d'entrée.

Le château, propriété privée, ne se visite pas.

Historique [modifier]

  • Avant 1650 : propriété de N. d'Ecrot
  • 1650 : achat par Charles Lebrun, comte du Breuil en Bourbonnais, qui, par testament, crée avec son épouse Henriette de la Tournette un majorat en faveur de leur descendance.
  • XVIIe siècle : Alexandre Lebrun, époux de Suzanne de Balathier-Lantage, entre en possession de ces terres (son frère puîné Louis-Casimir y renonce en échange d'une pension).
  • 1792 : Antoine de Villiers-La Faye, gendre d'Alexandre, rejoint l'émigration.
  • An XI : Louis-Casimir Lebrun du Breuil fait annuler sa renonciation par la cour de Dijon et prend possession du château alors sous séquestre.
  • 1836 : fin de l'occupation du château par la famille Lebrun du Breuil.
  • 1862 : le château est acheté par Benoît-Charles de Maizière.

CHATEAU DE TRELAGUE

  • De l'ancien château fort, il reste le massif donjon de plan carré, flanqué de deux tours d'angle circulaires, dont l'une abrite un escalier à vis. Le tout est agrandi d'un corps de logis à deux ailes bâti certainement au XVIe siècle. L'une des ailes prolonge au nord le donjon et l'autre, en retour d'équerre, ferme la cour d'entrée. Sur leur angle extérieur, se dresse une tour de plan circulaire; dans leur angle interne, on découvre une tourelle polygonale dans oeuvre. Le donjon et les tours sont élevés de trois niveaux et couverts respectivement de hautes toitures de tuiles et d'essentes; quant au logis, il comprend deux niveaux, éclairés par des baies à meneau et croisillon.
  • À l'intérieur, subsistent des boiseries peintes à petits cadres, un plafond à la française d'époque Renaissance dans le grand salon au rez-de-chaussée, un plafond à la française et des cheminées restaurées dans les pièces du donjon.
  • Des travaux sont exécutés au début du XXe siècle: l'escalier d'honneur est rebâti, des lambris du XVIe siècle, provenant d'un hôtel particulier du midi de la France, sont posés dans le grand salon; à l'extérieur, des meneaux sont ajoutés aux baies et un deuxième étage est créé dans les combles. Les châteaux blésois de la Renaissance ont inspiré cette restauration.

Le parc du château, propriété privée, est ouvert au public. Certains éléments de la construction sont classés Monument Historique.

Historique [modifier]

Famille Doyen

  • vers 1399: Pierre Doyen, seigneur de Montcenis, de Chaumart et de La Tagnière, conseiller du duc de Bourgogne, ayant fait bâtir son donjon de Montcenis par Perrot le Limousin, Jean Syméon et Jehan de la Cahotte, maîtres d'oeuvre, fait sans doute aussi appel à eux pour la construction du château fort de Trélague
  • 1614 : un inventaire révèle que par acte de justice, le seigneur de Trélague, Bénigne Doyen, avait décidé de fermer sa cour pour ne pas avoir à payer le droit de guet et de garde

Famille Bancherau

  • cette famille succède aux Doyen

Famille Roche de La Rigodière

  • 1911 : Camille Roche de La Rigodière est propriétaire du domaine; il sera pilote d'avion en 1914 et fondera en 1923 la Société lyonnaise de soie artificielle
  • de 1920 à 1926 : le précédent confie l'exécution de restaurations à l'architecte Laffarge, de Blois et à Édouard André, paysagiste

Époque contemporaine



Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:23
BALLORIN (1),

LA GUICHE

CHATEAU DE CHAMPVENT

Le château est constitué d'un corps central rectangulaire flanqué à son extrémité est d'un pavillon de même élévation et sur son angle nord-est d'un petit pavillon garni de tourelles en surplomb et d'une tour carrée. En façade nord, au centre du corps principal, se dresse une tour octogonale ; deux pavillons encadrent la façade sud.

Le château, propriété privée, ne se visite pas.

Historique [modifier]

Armes des La Guiche.
Armes des La Guiche.
  • Xe siècle : siège d'une viguerie.
  • Début du XIIIe siècle : le fief es doté d'une maison forte.
  • 1372 : il est la propriété de Pierre de Massi.
  • 1404 : il est vendu à Jean de Vérizet.
  • XVe siècle : il appartient à la famille de La Guiche, qui préférera faire de Chaumont sa résidence principale.
  • 1838 : il ne reste plus que des vestiges du château d'origine.
  • Fin du XIXe siècle Construction d'un nouveau chateau

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:22
LA GENETE

La Genête fait partie de la Bresse louhannaise. La Sâne Vive conflue avec la Seille dans la commune.

Histoire [modifier]

Origines et évolutions du nom: En 1462: LA GENETTE En 1500: CUVIA SANCTE - MARIOE VILLANOVAE DE GENESTA En 1558: LA GUENETTE En 1628: GENETTE En 1754: LA GENETTE En 1780: LA GENESTE


  • Au XVIIe siècle, il est mentionné un beau pavillon entouré de fossés franchis par un pont-levis et un pont dormant.
  • Seul subsiste, le long du flanc sud de la terrasse carrée qui portait la maison forte, un bâtiment de plan rectangulaire allongé, couvert d'un toit à deux versants, flanqué à son extrémité ouest d'un pavillon en légère avancée sur ses deux façades, couvert d'un toit à croupes. Il comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré, un demi-étage et vers la cour, un étage de comble éclairé par des lucarnes à croupes débordantes. Bâti en briques et pierres recouvertes d'un crépi ocre et percé de grandes baies, il paraît dater du XVIIe siècle. L'une des pièces est décorées de boiseries peintes du XVIe siècle, provenant d'un hôtel de Valence.
  • Un pigeonnier carré dans l'angle nord-est de la cour et une grange en appareil à pans de bois hourdé de brique sous un vaste toit à croupes complètent l'ensemble.
  • Les fossés sont comblés.

Le château, propriété privée, ne se visite pas.

Historique [modifier]

 Armes des Seyssel
Armes des Seyssel
  • XIVe siècle : la terre est dotée d'une maison forte
  • 1366 : le fief est la propriété des Saint-Trivier
  • 1503 : il passe à Gabriel de Seyssel, baron d'Aix
  • milieu du XVIe siècle : la seigneurie échoit à la branche cadette de Seyssel-La Chambre
  • 1640 : la terre est confisquée sur Jean Bouchin, conseiller au bailliage et chancellerie de Beaune, au profit de Jacques Bretagne
  • 1680 : par mariage avec Marie-Bernarde Bretagne, le domaine passe à Nicolas Deschamps, seigneur de Riel-Dessus dont les descendants possèderont toujours le château à la veille de la Révolution
  • XXe siècle : propriété des Mlles J. Mayer et Y. Lamberet
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:22
ANTOINET (1), AUGIER (1), BERGER (1), BURDIN (2), CUREAU (6), CUROT (1), GALLAND (3), GIRARD (1), GUICHARD (2), MAGNIN (1), MATEY (1), MESNAGE (1), MICHAUD (1), PARISET (1), PARIZET (20), PERNIN (4), PERNOT (1), ROZAND (2),DUBOIS (1), GALLAND (2), GIRARD (1), PARIZET (2), PERNIN (2),

LA FRETTE
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:22
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:22
GAUTHIER (3), GENEVOIS (1), LAPREYE (1), RETHY (1), VACHER (3),


LA BOULAYE

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:21
CHANTEREAU (1), FLATOT (2), GUERRY (2), PARIZET (1), PELLETIER (1), PETIT (1),

JUIF
Repost 0

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents