Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:06
 CHAMPLECY



chateau de Vieux Chateau

  • En 1645, le château est décrit comme une maison forte cantonnée de quatre tours; il n'en subsiste qu'un corps de logis de plan rectangulaire comprenant un étage de soubassement, un rez-de-chaussée et un étage couvert d'un toit à croupes. Il est flanqué sur sa façade nord d'une tour d'escalier carrée hors oeuvre sur le pan, coiffée d'un toit en pavillon, que défend au nord, au niveau du second étage, une bretèche sur consoles à ressauts en quart-de-rond, sur le parapet de laquelle sont sculptées les armes de Jean de Champlécy. De grandes fenêtres à meneaux et croisillons sans moulure éclairent l'unique étage du logis dont le rez-de-chaussée a été remanié au XVIIIe siècle (porte à linteaux en arc surbaissé) et XIXe siècle.

Le château, propriété privée, ne se visite pas.

Historique [modifier]

Armes des Cossé-Brissac
Armes des Cossé-Brissac

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:06
AUGIER (1), BONVALOT (1), LACHAUX (1), LEDUC LAGARDE (1), PAILLE (1), TOULZE (1),BOITIER THIBERT

La ville bénéficie, tout au long de son histoire, de ses importantes voies de communication.

Chalon est, sous les Gaulois, la seconde ville des Éduens. Les Romains font de Cabillonum un entrepôt de grains et un port fluvial.

Saint Marcel y est martyrisé en 179. Au Ve siècle, un évêché est établi.

Moyen Âge [modifier]

Chalon est une capitale du royaume des Burgondes durant son indépendance et après sa réunion aux royaumes francs.

Chalon est, du Ve au XIIIe siècle, le théatre de douze conciles, de 470 à 1073. Les principaux sont :

La ville est détruite par les Sarrasins en 732, rebâtie par Charlemagne un demi-siècle plus tard, incendiée en 834 par Lothaire ; prise d'assaut par les Hongrois en 937 et de nouveau en 1168 par Louis VII, irrité contre le comte Guillaume.

Jean le Sage (1190-1267), en 1237, échange avec Hugues IV le Pacifique, duc de Bourgogne, les comtés de Chalon et d'Auxonne contre les seigneuries de Salins, de Bracon, de Vuillafans et d'Ornans, et conserve jusqu'à sa mort (1267) le titre de comte de Chalon qu'il transmet à ses descendants. Au milieu du XIIe siècle, Chalon obtient une charte communale.

Un tournoi en 1273 entre le roi anglais Édouard Ier et le comte de Chalon est appelé "Petite guerre de Chalon".

La ville est encore assiégée en 1478 par les troupes de Louis XI, puis est réunie par ce dernier prince à la couronne de France, aprés avoir appartenu, de 938 à 1237, aux comtes de Chalon et, de 1237 à 1477, aux ducs de Bourgogne.

Temps modernes [modifier]

Cette ville joue encore un assez grand rôle, comme place forte, durant les guerres de religion du XVIe siècle. Charles IX entre dans la ville le 1er juin 1564 lors de son tour de France royal (1564-1566), et y reçoit, accompagné de la Cour et des Grands du royaume, un accueil triomphal[1].

  • Ancien palais épiscopal, sur des vestiges gallo-romains et médiévaux, ensemble des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Le pont Saint-Laurent.
  • Obélisque commémoratif de la construction du canal du centre.

Ville d'art et d'histoire, Chalon-sur-Saône possède un important quartier historique avec des vieilles maisons à colombages, de nombreuses ruelles, des tours et des tourelles :

La ville comprend d'autres fortifications avec les Bastions du XVIe siècle (Saint-Pierre et Royal) bâtis sous Henri II
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:06
CHETEAU (1), CHEVENARD (1),

Chagny est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire et la région Bourgogne.

Ses habitants sont appelés les Chagnotins.

La ville est située au coeur d'une région argileuse, ce qui explique l'implantation d'une tuilerie à Chagny dès 1881, au bord du canal du Centre. La tuilerie appartient aujourd'hui au groupe Terreal et un nouveau site est en construction en lisière de la forêt de Chagny pour augmenter de façon signicative la production de tuiles à Chagny.

Depuis le 1er janvier 2007, Chagny fait partie de la Communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud.

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:25
BOIS (1), BOY (2), CHAMBARD (11), CHARVET (1), CRUZILLE (1), DUBOIS (1), FORET (2), GEORGET (1), GUERIN (1), MORESTEAU (1), MOTIN (2), RATERY (1), REVILLON (1), SIRE (1), VESSIGAUD (1),CHEVILLARD VAULPRE

Bussières vient de son ancien nom latin "Buxeriae".

On y trouve un camp retranché à éperon barré de l'époque gallo-romaine, au lieu dit En Monsard. Station de Roche Bregnat : outillage du néolithique à l'âge du Bronze.

  • L'abbé Dumont, précepteur et ami de Lamartine, vivait à Bussières. La grotte du Monsard située au-dessus du village inspira Lamartine pour le personnage de "Jocelyn". Cette grotte est maintenant appelée Grotte de Jocelyn.
  • Henry Testot-Ferry, inventeur de la Roche de Solutré vivait à Bussières, dont il fut longtemps le maire. La rue passant devant sa maison porte dorénavant son nom.
Le château des Esserteaux est situé sur la commune de Bussières en Saône-et-Loire, sur une butte, entre deux vallons.
  •  : présence d'une tour entourée de murailles, tenue par un damoiseau nommé Bechet
  • 1423 : Étienne de Franc, garde de la porte de La Barre à Mâcon, achète ce bien avec la dot de sa femme, Jeanne de Lugny
  • 1677 : les de Franc revendent le fief aux Noblet d'Anglure
  • juillet 1789 : le château, dévasté, va être mis en vente à diverses reprises
  • 1842 : achat par le docteur Philibert dont descendent les propriétaires actuels

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:25
CHAMBARD (1), CORNELOUP (1), MEHU (1),

commune de POISSON
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:24
BALLORIN (2), DOUDET (1), PLISSONNIER (1), PROST (2),

Bruailles fait partie de la Bresse louhannaise. La commune est située dans un paysage vallonné constitué de patures et de bocages.
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:23
CHALMOUX SALOMON (1), CHAMPMARTIN (1), CHAPPEY (1), CHARLES (1), COMMEAU (1), DAMBRUERE (2), DEPOIL (1), GOLLIARD (3), JANNOT (1), LABONDE (3), NECTOUX (4),

château de Montjeu est situé sur la commune de Broye en Saône-et-Loire, dans un parc occupé par une forêt, des étangs et les jardins, sur la montagne qui domine Autun.

[modifier]

acquisition par la veuve du président d'Aligre qui remplace les ponts-levis devant et derrière le château par des ponts dormants et supprime le mur percé d'un portail monumental qui fermait la cour

Industriel du bois, il pensait y trouver de très belles ressources. Lui-même et sa femme, née Anne-Marie Lyon, se prennent d’une vraie passion pour cette magnifique propriété alors en très piètre état.

Le château était alors flanqué de deux corps de bâtiment importants, les communs avec écuries, pigeonnier et logements et une ferme. Deux autre fermes étaient exploitées : à la porte des Vernes de Lyre et à la porte de Broye.

Un grand chantier de restauration s’ouvre alors : Reconstruction des chemins et revêtement de la route principale, qui permettait aux habitants de Broye de se rendre à Autun, en traversant la propriété. Remise en état des jardins à la française suivant les plans de Lenôtre, conservés au château. Forêt : Coupe des arbres malades et dégagements des taillis. Conservation de la futaie « Rageot », magnifique bois de hêtres plus que centenaires. Replantation en résineux suivant le désir des eaux et forêts. Reconstruction du mur faisant le tour du parc de 750 hectares ; ce mur, d’environ 7 kilomètres était écroulé en de nombreux endroits Le potager qui se trouve en contrebas des parterres est reconstruit et fournit au domaine les fruits et légumes nécessaires.

M. Demon obtient après la guerre l’inscription à L’ISMH. Dès 1948, la ferme principale est équipée d’un matériel de traite électrique des vaches importé des Etats-Unis. En 1950 réfection à l’ancienne des toitures du château et remise en état d’origine par suppression des gouttières, suivant les préconisations de l’administration des Monuments Historiques. A l’intérieur, le château bénéficie de travaux visant à lui donner le confort adapté à l’époque. La chasse était une des plus réputées de Bourgogne : sangliers, chevreuils et daims dans un enclos privé de 750 hectares. Les étangs de la Toison fournissaient l’eau de la ville d’Autun et une pêche de plusieurs tonnes.

Le magnifique travail de renaissance de Montjeu sera reconnu et Madame Demon recevra les Palmes Académiques et le Mérite Agricole.

Montjeu a permis à M. Demon, Commandeur de la Légion d’Honneur et « gueule cassée » de 1914-1918, de cacher une famille juive poursuivie par les nazis en 1944 ; l’institut Yad Vachem lui a décerné de ce fait le titre de « Juste parmi les Nations ».

  • à partir de 1963 : après l'incendie qui a détruit l'intérieur du corps de logis central et endommagé l'aile Nord, le propriétaire, le docteur Manchot, fait réparer le château
  • A la fin des années 1980, le château est racheté par le milliardaire franco-britannique, Sir Jimmy GOLDSMITH. La propriété est alors définitivement fermée au public, alors qu'auparavant le parc était accessible un jour dans l'année : le Lundi de Pentecôte

Le nouveau propriétaire entreprend immédiatement une oeuvre de restauration très importante : mobiliers et aménagements intérieurs, restauration des communs et pavillons et, surtout, reconstruction des jardins et bassins extérieurs qui étaient quasiment en ruine ainsi que l'aménagement de vergers et d'un potager en bordure des jardins. Le résultat final est assez spectaculaire comme en témoignent des vues par paramoteur disponibles sur internet. De plus, le milliardaire rachète de nombreuses parcelles de forêt jouxtant le parc clos de murs du château, portant la surface de la propriété à plus de 1000 hectares. Il se dit qu'il s'agit du plus grand parc clos privé d'Europe ( plus de 600 hectares )

  • Après la mort de Mr J. GOLDSMITH le 18 juillet 1997 la propriété aurait été léguée à Mme Laure BOULAY DE LA MEURTHE, la mère de deux de ses enfants.
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:23
BERGER (2), BERT (1), BOUVERET (1), CADOT (13), CAVET (1), CHANTEREAU (2), CHARLES (1), CORDIER (2), DAUJOURDY (1), DE CORGEAT (2), DEGRANGE (2), DUBOIS (11), GAUTHERON (1), GUICHARD (1), JACOB (1), LALLY (1), LARIVIERE (1), LE NUD (1), LECUELLE (1), MERCIER (2), PERNOT (1), PLATERET (1), PLISSONNIER (1), PRUDENT (1), SEURRE (1),

Héraldique [modifier]

Blasonnement : de gueules au pélican d'argent avec sa piété de gueules dans son aire d'or, au chef cousu d'azur chargé d'une fleur de lys aussi d'or

Waldeck Rochet

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:22
BERNARD (11), DESAUGERES (20), DEVILLON (2), DUFOUR (10), FOURRIER (2), GRONFIER (9), LAUVERNIER (1), MONTREAU (1), PEGUET (3), RICHARD (9), ROUGEMONT (1), ROUGEOT (1), SEGAUD (2), TOUILLON (4),
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:22
RETHY (4),


  • À l'origine : fief du chapitre Saint-Vincent de Chalon.
  • fin du XVIe siècle : il est aliéné à la famille de Grenelle de Pymont.
  • 1666 : il passe par mariage à Jean-Baptiste Larme.
  • 1719 : il échoit à Antoine Chapuys, de Tournus.
  • 1810 : transformations.
  • 1842 : le baron Ducret de Lange fait bâtir un logis en retour d'équerre de l'habitation de l'époque.
  • 1869 : construction d'une chapelle dont une ancienne tour ronde devient le clocher.

Famille de Vienne

  • XIIIe siècle : Hugues de Vienne, seigneur de Pymont, tient le château primitif
  • 1270 : Philippe de Vienne, fils du précédent, lui succède
  • 1303 : Hugues de Vienne, fils du précédent, lui succède
  • 1315 : Philippe de Vienne, fils du précédent, lui succède
  • 1370 : Gui de Vienne, fils du précédent, lui succède
  • 1404 : Jacques de Vienne, fils du précédent, lui succède
  • 1445 : Jean de Vienne, fils du précédent, lui succède
  • 1445 : Louis de Vienne, fils du précédent, lui succède
  • 1486 : Gérard de Vienne, fils du précédent, lui succède

Époque Renaissance

  • 1515 : Humbert Lapyrat en est le propriétaire
  • 1530 : Jeanne de Verjus porte le fief par mariage à Philibert Quarré, puis à l'avocat mâconnais Jean Pelez

Famille de Grenelle

Famille Aubel de la Genète

  • 1741 : Jeanne de Grenelle reçoit le domaine en dot lors de son union avec Antoine Aubel de la Genète
  • vers 1870 : le petit-fils des précédents, ami de Lamartine, ajoute une aile de style néo-gothique et aménage le parc dans lequel coule la Natouse

Famille de Rivérieulx

  • fin XIXe siècle : Marie-Suzanne Aubel épouse Marie-Jules de Rivérieulx de Varax
  • première moitié du XXe siècle : Henri de Rivérieulx de Varax, fils des précédents, leur succède

Époque contemporaine

Armoiries [modifier]

  • Vienne : De gueules à l'aigle d'or, membrée d'azur
  • Quarré : Échiqueté d'argent et d'azur; au chef d'or chargé d'un lion de sable, armé, lampassé et couronné de gueules
  • Rivérieulx de Varax : D'azur, à une rivière d'argent surmontée d'un croissant du même
  • 1408 : Étienne de Barrin de Champrond est propriétaire des lieux
  • 1568 : la terre échoit aux Galland
  • XVIIe siècle : la terre fait partie des biens du chapître de Chalon
  • période révolutionnaire : le domaine est cédé comme bien national à un nommé Passaut
  • XIXe siècle : les héritiers du précédent revendent l'ensemble à Claude-Jules-Émile de Franc
  • 1862 : le précédent démolit le château et fait édifier la demeure actuelle
  • 1895 : la propriété passe par mariage à la famille de Froissard de Broissia
  • 1956 : la propriété passe par mariage à la famille des Boscs

Armoiries [modifier]

  • de Froissard de Broissia : D'azur au cerf passant d'or
  • des Boscs : " ''D'or à trois chênes de sinople sur une terrasse de même "
Repost 0

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents