Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:21
RETHY (16),

Chronologie Montceau-les-Mines

1769 : Concession de l’exploitation du charbon à François de la Chaise.

1786 : François de la Chaise cède la concession à la Société des Fonderies Royales de Montcenis.

1791 : Achèvement du canal du Charollais (1783-1791) qui ouvrira à la navigation en 1793

1795 : Les concessionnaires du Creusot cèdent l’exploitation de leurs charbonnages de Blanzy à une société dont le siège est dans cette localité.

1818 : Jean-François Chagot acquiert les entreprises de Blanzy et du Creusot.

1821 : Arrêt de travail aux mines de Blanzy pour augmentation de salaire.

1825 : grève pour augmentation de salaire.

1826 : Ne pouvant lutter contre la concurrence anglaise, Jean-François Chagot vend à MM. Manby et Wilson les Mines et Forges du Creusot pour se consacrer uniquement à l’exploitation du site de Blanzy.

1832 : Ordonnance royale stipulant la séparation des concessions de Blanzy et du Creusot. Les frères Chagot vendent la cristallerie du creusot 0 Baccarat et Saint-Louis.

1833 : Constitution de la société Jules Chagot, Bassano, Perret et Cie.

1834 : Édification de la cité des Alouettes avec une chapelle, un hôpital, une école, un ouvroir. En 1834, la bourgade ne comptait encore que 315 habitants.

1838 : Nouvelle Société Jules Chagot, Perret-Morin et Cie.

1840 : Équipement du Puits Sainte-Barbe.

1841 : Acquisition des concessions de la Theurée-Maillot, des Badeaux et des Porrots.

1844 : Acquisition des concessions des Crépins et des Perrins, de Saint-Bérain et de Saint-Léger.

1846 Léonce Chagot, neveu de jules, est associé à la gestion de la Compagnie.

1847 : catastrophe du puits Ravez. Établissement d’une première fabrique d’agglomérés.

1849 : Établissement de fours à coke et d’un atelier de fabrication des agglomérés de Montceau.

1851 : catastrophe du puits cinq Sous (6 morts). Acquisition de la concession du Magny.

(JPG)

Trieuses de charbon

1852 : Construction de la cité du Bois du Verne. Grève pour augmentation de salaire.

1853 : Catastrophe du puits Ravez (10 morts) et du puits Cinq Sous (13 morts). Équipement des puits Saint-François I et Maugrand.

1854 : Équipement du puits Magny 1. Construction de la cantine à la neuvième écluse.

1855 :Catastrophe du puits Ravez (29 morts). Équipement du puits Saint-François II

1856 : Création de la commune de Montceau-les-Mines avec des fractions de territoire enlevées aux communes voisines de Blanzy (le Montceau, le Bois-du-Verne, les Etivaux, la Petite-Sorme, Bel-Air, le Plessis, le Moulin, les Grands-Bois, le Bois-de-Gueurce), de Saint-Vallier (les Oiseaux, Lucy, Barrat, la Saule), Saint-Berain-Sous-Sanvignes (le Bois-Garnier), Sanvignes (le Magny). 2302 habitants. Léonce Chagot, co-gérant de la compagnie des Mines, est nommé maire par décret impérial. Démission de MM. Perrin-Morin. Nouvelle société Jules Chagot et Cie. Équipement du Puits Sainte-Marie.

1857 : Construction de la cité du Magny. Construction de l’Église paroissiale, consacrée par l’évêque d’Autun en 1862.

1860 : La compagnie des Mines inaugure un système d’incitation à la construction avec des prêts remboursables par prélèvement sur le salaire des ouvriers et employés. Développement des villages de la Sorme, du Bois-Roulot, du Champ-du-Moulin et de Lucy.

1861 : Montceau-les-Mines compte 3337 habitants. Construction des cités de la Sorme, du Bois Roulot, du Champ du Moulin. Ouverture de la ligne Chagny-Montceau.

1862 : Établissement d’un nouvel atelier pour la fabrication des agglomérés. Construction de la cité Bel Air. Raccordement par voie normale des établissements centraux à la ligne P.L.M.

1863 : Instauration de la méthode d’exploitation par remblayage.

(JPG) Jules Chagot en 1864

1865 : Achat de la verrerie de Blanzy pa la Compagnie des Mines. Achèvement d’un réseau ferroviaire à voie de 0,80 m.

1866 : 5377 habitants.

1866-1876 : Édification des cités du Magny, du Bois-du-Verne et de Bel-Air.

1867 : catastrophe du puits Cinq Sous (89 morts). Équipement des puits Saint-Pierre, Magny II et Lucy IV.

1868 : La commune de Montceau-les-Mines s’agrandit par annexions de nouvelles fractions de territoire des communes de Blanzy et de Sanvignes (loi du 4 juillet). Émeutes contre les ouvriers piémontais.

1869 : Construction de bâtiments scolaires dans le cadre des écoles de la Mine. Ouverture d’un bureau de postes à Montceau.

1870 : Aménagement de l’étang du Plessis en réservoir pour l’alimentation en eau du canal du Centre. Ouverture du second tronçon de la voie ferrée Chagny Paray-le-Monial.

1871 : Achèvement et ouverture d’un nouvel hôpital près de la 9e écluse. catastrophe du puits Ravez.

1872 : catastrophe du puits St Eugénie (39 morts). 8 287 habitants.

1874 : Montceau-les-Mines devient chef-lieu de canton. Établissement de l’air comprimé et de la perforation mécanique.

1875 : 11 000 habitants. Fondation des usines J.B. Aillot (constructions mécaniques)

(JPG)

Moulin à vapeur et boulangerie de la mine

1876 : Construction et inauguration de l’Hôtel de Ville et d’une caserne de gendarmerie.

1877 : Mort de Jules Chagot. Lui succède son neveu Léonce Chagot, auparavant co-gérant de la Compagnie.

1878 : Léonce Chagot est remplacé par un républicain, le docteur Jeannin, à la mairie.

1881 : Fondation du tissage à l’emplacement du lycée actuel.

1882 : Achèvement et ouverture des groupes scolaires de la rue Carnot et de la rue de l’Est (aujourd’hui rue Jean-Jaurès). Manifestations de la Bande Noire (mouvement anarchiste) de 1882 à1884.

1883 : Équipement du puits Jules Chagot.

1886 : 15235 habitants. Construction d’une passerelle métallique sur le canal

1888 : Premières manifestations de la bande à Patin (milice patronale). Équipement des puits Saint-Louis et Saint-Amédée.

1890 : Achat du tissage pour la compagnie des Mines.

1891 : 19 499 habitants. Inauguration de la statue de Jules Chagot.

1893 : Mort de Léonce Chagot. Lui succède son neveu M. de Gournay.

1895 : Création d’une usine de vannerie. Catastrophe du puits Sainte Eugénie (28 morts).

1896 : 22271 habitants.

1897 : Catastrophe du puits Sainte Eugénie (4 morts).

1899 : Grève pour la reconnaissance du syndicat. Création du syndicat des mineurs. Incendie de la vannerie. Fin de l’entreprise.

1900 : Election du premier conseil municipal socialiste, Jean Bouveri est élu maire. Fondation d’une cartonnerie à la place de la vannerie. Début d’exploitation du chemin de fer d’intérêt local Montceau-Beaubery. Transformation de la Société Jules Chagot et Cie en société anonyme des Mines de Blanzy.

(JPG)

1901 : Grève de 108 jours. 28 799 habitants. L’accroissement de la population profite aussi aux communes voisines sur le territoire desquelles s’édifient les nouvelles cités (les Gautherets, les Baudras, Rozelay).

1905 : Inauguration du monument aux victimes de la mine.

1906 : Début des établissements de bonneterie Gerbe : premiers ateliers aux Georgets, à Blanzy au Bois-du-Verne (machines à main). construction de la cité des Essarts. Grève pour les 8 heures.

1910 : Équipement du puits des Alouettes. Fermeture de la cartonnerie.

1911 : Vente de la verrerie de Blanzy. Cette verrerie, de fondation ancienne (début du siècle), était depuis 1865 la propriété de la Compagnie des Mines qui avait donné une certaine impulsion à l’entreprise.

1912 : grève contre la guerre.

1913 : Équipement du puits Laugerette. Construction de la cité des Baudras. Communication de Jacques Bertillon à l’Académie des Sciences sur la chute de la natalité à Montceau-les-Mines après les grèves du début du siècle chute attribuée par lui au progrès des idées démocratiques ( ?).

1914 : Construction des Ateliers Gerbe de la rue de la Fontaine. Grève sur la question des retraites.

1917 : Construction de la cité de La saule.

1918 : Équipement du puits de la centrale.

1919 : Début de la réalisation d’un vaste programme de travaux neufs qui s’achèvera dans les années 25-26 : Centrale électrique de Lucy I Port et nouveau lavoir des Chavannes Remplacement des puits anciens par des puits de grands diamètres munis de tous les perfectionnements (machine d’extraction électrique aux Alouettes, à Saint-Amédée, aux Laugerettes). Substitution de la voie électrique normale au vieux réseau à voie de 0,80 m.

1920 : Équipement du puits du Bois-du-Verne. construction des cités de la Sablière et des Georgets. Création des ateliers de la société d’appareillage électrique Cheveau et Cie, plus tard Établissement Jeumont Schneider.

1921 : Construction de la cité des Gautherets.

1922 : Construction de la cité de la Lande.

1923 : Construction des cités du Bois de Gueurce et le Petit Lucy.

1924 : Fondation des établissements Munzig (robinetterie générale). Fonçage puis mise en service des puits Darcy.

1926 : Construction de la cité du Bois Roulot.

1927 : Fondation de la fabrique de pantoufles Loison.

1929 : Construction à Bellevue des nouveaux ateliers Gerbe.

1930 : Inauguration du monument aux morts d’Émile-Antoine Bourdelle. construction de la cité du Bois Garnier. Début de l’aménagement du réseau d’adduction d’eau potable. Fermeture du tissage.

1931 : Construction de la cité Darcy.

1938 : Construction de la cité Rozelay. Fonçage et mise en service du puits Plichon.

1939 : Catastrophe du puits Darcy (16 morts).

1941 : Grève partielle. Distribution de tracts contre l’occupation.

1943 : Catastrophe du puits de la Centrale (10 morts).

1944 : Nombreux départs vers le maquis et grève insurrectionnelle jusqu’à la libération.

1946 : Nationalisation de la Compagnie des Mines qui devient : Houillères de Blanzy auxquelles sont annexés les bassins de Decize et Épinac.

1948 : Grève contre le plan Marshall.

1958 : Catastrophe du puits Plichon (20 morts).

1963 : Grèves.

1968 : Grèves.

1990 : 23000 habitants.

1992 : Arrêt de l’exploitation souterraine. L’ exploitation continue à ciel ouvert.

1999 : 20624 habitants.

2000 : Arrêt de l’exploitation du charbon.

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:21

 

Musées à Blanzy     Musées autour de Blanzy  

Blanzy, Musée de l'Association La Mine et les Hommes
Partez sur les traces des Gueules noires ! Découvrez l’univers des mineurs, leurs conditions de vie et de travail ; installations du jour : lampisterie, puits, chevalement, machine d’extraction. Au fond, galeries de l’époque de Germinal aux années 1990, où méthodes d’exploitation, moyens de transport, de communication, d’aération et de sécurité sont retracés. Le plateau-rabot à soutènement marchant est une machine ultramoderne unique en France.
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:21
CHAPUIS (8), FEBVRE (2), GRILLET (1), JANIN (1), LARDY (1), PONCEBLANC (3), PRUDHON (2), RENAUD (1)

Aujourd'hui, Bergesserin est réputé pour son parcours accrobranche nommé Acro'Bath[2], installé depuis 2002. Il a été l'un des précurseurs en matière d'accrobranche.
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:20
ALEVEQUE (1),

  • En 1569, l'Église de Beaubery est pillée et le village incendié par l'amiral de Coligny. La nouvelle Église, de style néo-flamboyant, date du 19e siècle. À l'intérieur, se trouve une statue de sainte Anne datée du 16e siècle.
  • La région est boisée et vallonée (Mont Botey, Mont Violat, Mont des Carges), ce qui permit de glorieuses opérations de Résistance durant la Seconde Guerre Mondiale. De nombreux hommes du village furent fusillés, auxquels rend hommage le Mémorial de la Résistance, situé au sommet du mont Chatelard et composé d'une grande croix de Lorraine et de deux canons.
  • On dénombre de nombreux vestiges préhistoriques et antiques.
  • Au sommet de la colline dite de la "Corne d'Artus" se dresse un monument d'aspect druidique. Ce sont en fait les ruines du château fort d'Artus, qui était une des quatre Châtellenie primaires du Charolais, et dont un pan de tour resté debout a inspiré le nom des lieux.
  • La Motte du Camp de César.
  • Le Château de Quierre.
  • Le château de Corcheval, XIIe siècle et XVIIe siècle, flanqué de tours d'angle circulaires. Tour carrée du XVe siècle, construite à partir des ruines du château d'Artus. Jardin à la française de la fin du XIXe siècle . Jolis communs du XVIIIe siècle.
  • Moulin d'Artus.
CORCHEVAL
  • XIIe siècle : première mention du château, qui appartient, pendant cinq siècles à la famille de Fautrières, puis passera aux mains de leur parents, la famille de Sommièvres
  • XVIIe siècle : rebâti après avoir été en partie détruit par les Écorcheurs, puis par les troupes de l'amiral de Coligny; la Marquise de Fautrières recueille et héberge celle qui deviendra Sainte Marguerite Marie Alacocque, à l'origine du renouveau du sacré coeur de Jésus; cette dernière se donnera à Dieu dans la chapelle qui se situe dans le parc du château
  • XIXe siècle : transformations très importantes (douves comblées, ajout d'une tour, rehaut d'une autre), et ordonnancement des jardins, le résultat étant d'une grande unité architecturale, préservant l'aspect féodal d'origine sans renier les évolutions ultérieures au XVIIe siècle
  • Depuis le début du XXe siècle : la propriété appartient à la famille des barons de La Chapelle
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:20

AUGIER (1), BOURGEON (1), BRUSSON (2), CARLOT (5), CHANUT (1), DUVERNEAU (1), GAUGY (4), GAY (2), GILLES (2), GUICHARD (4), GUYONNET (1), LACHAUX (1), LAURENT (1), MARCEAU (1), MARCHANT (1), MATHEY (3), MICHELIN (9), MONIN (4), MORAIN (1), PAVOUX (1), PIPONNIER (1), PONSARD (5), RAVAT (21), ROYER (1)),
B audrières, petit village de campagne, est situé au sud de la Bourgogne, au centre du triangle Chalon-sur-Saône / Louhans / Tournus. La population est en légère augmentation : de 778 habitants dans les années 1980, elle passe à 818 habitants au dernier recensement de 1999. Elle est répartie sur tout le territoire de la commune, à savoir au bourg et sur sept hameaux

     
     
   
 
     
 



La première fois que l'on parle du Diable de SAUGY, c'est dans un long
article du Courrier de Saône et Loire publié le 5 Décembre 1878 et qui, sous le titre  « un lit ensorcelé » donne la première version des faits en ces termes : «  La scène se passe à BAUDRIERES, canton de SENNECEY LE GRAND » .
 
Vous ne voudrez jamais croire ce que je vais vous raconter et cependant je n'invente rien. De SIMANDRE à ST GERMAIN DU PLAIN, D'ORMES à La FRETTE, il n'est bruit que de cela.
C'est une chose de formidable, de fantastique, de diabolique qui terrifie depuis plus de quinze jours le hameau de SAUGY et la commune de BAUDRIERES.
 
En deux mots, voici la chose : le Diable fait des apparitions nocturnes dans la ferme de Monsieur NIVET de TOURNUS, qui est exploitée par le sieur MAZUE. Vous me direz qu'au XIX ème, le Diable n'a pas besoin de se donner tant de mal pour peupler son royaume et cependant, quel autre que le Diable pourrait jouer aux habitants de SAUGY les tours pendables que vous aller apprendre ?
 
Dans l'écurie de la ferme est un lit où couchent les deux domestiques . Or dans la nuit, tantôt vers onze heures, tantôt plus tard, on commence à entendre un léger grattement au pied du mur sous le lit ; puis le bruit s'amplifie, s'accentue et devient semblable au roulement de tambour ; on dirait une marche guerrière jouée par quelques tambours de l'ex garde nationale. C'est le moment de l'action : les draps se mettent en mouvement  par saccades violentes et les habitants  du lit reçoivent des coups appliqués par une main invisible, mais qui, paraît-il, frappe consciencieusement . Des lueurs phosphorescentes même, des étincelles bleuâtres annoncent la fin de cette scène qui dure environ une heure.
 
Ainsi s'exprimait le chroniqueur du Courrier , il a tout juste cent ans. Il rapportait aussi que des commères persuadèrent une femme de la ferme qu'un sort avait été jeté et que pour en connaître l'auteur il fallait faire bouillir une marmite de clous pendant une journée : la première personne qui soulèverait le couvercle pendant ce temps serait le sorcier.
 
Ce fut un jeune homme habitué de la ferme qui eut, vers les neufs heures du soir l'idée de regarder ce qui cuisait . On se jeta sur lui, à coups de balais, on le força à réciter des « Avé Maria »  et on le chassa de la ferme. Mais il est bien évident que ce malheureux jeune homme n'était pour rien dans l'histoire et le Diable continua à faire des siennes.
 
Les domestiques qui étaient malmenés toutes les nuits désertèrent leur lit commun installé dans l'écurie . Ils cherchèrent à savoir par des garçons du village ce qui se passait dans leur « chambre ». Mais tous ceux qui pénétrait la nuit recevait des gifles. Quatre jeunes  gens s 'étaient installés sur le lit : à onze heures précises, ils furent violemment secoués et l'Esprit lança des gerbes d'étincelles qui provoquèrent le sauve qui peut général. C'est alors que l'imagination dépassa la réalité et l'on commença à parler de sabbat, de Diable et du sort jeté sur la ferme.
 
Un ex caporal de la garde nationale annonça qu'il irait bivouaquer sur la place le 13 Décembre : trois « vieilles moustaches de Bey » se disent prêts à expulser le Diable :
« Nous rentrerons vainqueur ou nous ne rentrerons pas » concluait l'auteur de la lettre qui signait Mathurin, ex sapeur pompier . En plus, le diable de SAUGY faisait des émules et l'on le retrouvait à GIGNY et même à MONTCEAU Les MINES ou il oblige certains locataire à quitter leur appartement.
 
Depuis le 13 Décembre, le Diable vient faire des siennes dans l'habitation centrale où il vient renverser le marmite de gaude qui est sur le feu. Le 24 Janvier, il est revenu dans l'huteau, mais cette fois, il s'est contenté de faire du bruit sans rien renverser.
 
Le 21 Février 1879, un second article du courrier annonce que le Diable a quitté SAUGUY avec armes et bagages.
 
Mais que s'est-il donc passé dans la ferme des MAZUE ?
 
Mr PERNATON propriétaire de la ferme, se souvient d'avoir relu le bail, attaché au bâtiment : or ce bail stipulait que les fermiers étaient en devoir d'accueillir les familles de nomades  qui traversaient le pays. Et cette précision confirme l'hypothèse la plus souvent retenue pour expliquer les évènements ; à savoir que deux familles nomades s 'étaient présentées en même temps à la ferme et que les MAZUE auraient dû faire un choix et que la famille évincée et mécontente aurait décidée de se venger en effrayant les gens de la ferme.
 
Mr GONNET cite même des noms : il parle de la famille SAINTO ou SAITO, composée du grand-père, du père de la mère, de trois filles et de deux garçons, l'un prénommé « Jacquot » et l'autre surnommé « le Mousse ». Ce serait ce dernier qui aurait joué le rôle du diable en se cachant dans le foin, au dessus des écuries ; et c'était une bonne cachette, car avec la neige, il était indispensable de vider le foineau dehors pour faire des fouilles et il était encore impensable de monter avec une lampe  à huile pour essayer d'y voir quelque chose.
 
Cependant, à une date que personne ne précise, les gendarmes seraient montés dans le foineau avec des sabres et des piques pour sonder le foin.
Le lendemain, on aurait trouvé du sang près de la ferme. Le Diable de SAUGY aurait été piqué par le sabre d'un gendarme et se serait sauvé.
 
Telle est l'histoire du Diable de SAUGY que l'on raconte de bouche de Bressan que l'on dit aux petits enfants qui ne sont pas sage pour les effrayer.
 


Extrait de «  LA GAZETTE DE BAUDIERES »  n° 10 Décembre 1987
Article de Carole ANCEL, Cécilia DESROCHES, Didier et Marie Laure ZANETTE

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:19
AUCOURT (1), POLETTE (2),

Généralités historiques

  • Anciennement appelé Chassigny-en-Brionnais.
  • Ancienne commanderie de l'ordre de Malte au hameau de Verfay.
  • Métiers à soie au 19ème.

Vestiges préhistoriques et antiques

  • Vestiges antiques au Pré des Fossés et à la Bordonne : squelettes, casques, fibules, médailles, objets d'or et d'argent.

Architecture civile

  • Tour du Paradis (ancienne porte de guet?).
  • Lavoir.

Architecture sacrée

  • Eglise 19ème : quelques chapiteaux de l'ancienne église.
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:19

 

 

ALEVEQUE (5), BALLOT (10), BERNARDIN (1), BLANCHARD (1), BOUILLOT (4), DARFEUILLE (1), DEGRANGE (2), DEVILLARD (1), DUCAROUGE (1), DUCERF (2), DUMONT (1), DUMONTET (2), FOREST (1), FORET (2), LAGRANGE (1), LAMBOROT (1), LHOTE (1), NUGUES (1), PELLETIER (2), PERCHE (7), PICHARD (1), RONDOT (1), SEGAUD (1), TILLIER (1), TIXIER (1), VANNIER (2)

 

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta provisoirement le nom de La Montagne-des-Piques[1].

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:19
CHAGNOT (1), MAILLET (1),
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:18
BAGUE (1), BALLORIN (1), CHOVET (1), DOUDET (5), GRANDJANNET (1), MICHEL (2), MONDANGE (1), MOYNE (1), PLATERET (3), PLISSONNIER (3), PROST (1),

Lieux-Dits et écarts [modifier]

le Bas de Bantanges, la Bergenée, les Bois Brûlés, les Cadolles, la Commagne, les Diots, les Dallemands, Gizonges, la Grande Buclière, la Grange du Bois, les Molaises, les Petits Bois, la Ragée, les Rois, la Tuilerie.

Bantanges fait partie de la Bresse louhannaise. La Seille (limite avec Savigny-sur-Seille) et la Sâne Morte (limite avec Ménetreuil) traversent la commune.

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:17

CHATEAU

  •  : fief de la famille de Ballore.
  • 1366 : extinction de la famille de Ballore à la mort de Marie de Ballore, épouse de Jean de Rabutin d'Epiry.
  • 1576 : la maison seigneuriale est ravagée par les Calvinistes.
  • 1578 : saisie du domaine sur Louis de Rabutin d'Epiry au profit de Léonor de Chabot, comte de Charny.
  • 1581 : il échoit à Melchior de Bernard de Montessus, gouverneur de Chalon, qui en entreprend la reconstruction et dont la famille conserve depuis lors la propriété.
  • 1614 : Melchior lègue la terre à son petit-fils, à charge pour lui de terminer le corps de logis et la tour qui en est proche.
  • XIXe siècle : importantes restaurations.

 

Repost 0

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents