Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 04:06
Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 12:59

















Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:24

Les gaulois étaient polythéiste, donc croyaient en plusieurs dieux. Dans chaque village de Gaule, il n'y avait qu'un seul prêtre[réf. nécessaire], qui était appelé druide. Dans la société gauloise, il était maître d'école, médecin et juge. Il était très important.

La Société gauloise était régie par des classes : Clergé, noblesse, peuple. Le Clergé, composé de prêtres, nommés druides, la noblesse, composée des guerriers les plus riches et les plus braves, dirigeaient le peuple. Les Druides enseignaient l’immortalité de l’âme, mais ils étaient païens et adoraient les forces de la nature.

Ils étaient fort respectés, car seuls, parmi les Gaulois, ils faisaient de longues études et possédaient quelque instruction. Ils enseignaient que l’âme ne meurt pas avec le corps. Ils ne s’occupaient pas seulement du culte religieux, mais ils étaient encore juges, professeurs, médecins.

Les nobles se réunissaient pour gouverner leur tribu ou bien se choisissaient un chef. Ils avaient des compagnons d’armes qui devaient les suivre partout et même se tuer sur leur corps lorsqu’ils venaient à mourir. Ils avaient aussi de nombreux esclaves. Le peuple, en temps ordinaire cultivait la terre déjà fertile en blé, gardait les troupeaux, chassait et pêchait. Mais, en temps de guerre, il prenait les armes et partait en bandes, sans discipline, sans organisation. Aussi, malgré leur courage, les guerriers gaulois étaient souvent vaincus.

Ils avaient un mépris complet de la mort, car ils croyaient que l’âme revit ensuite dans un autre corps. Ils n’adoraient pas, comme les autres peuples païens, des dieux de pierre ou de bois, mais tout ce qui leur semblait beau ou terrible dans la nature : le soleil, le tonnerre, les montagnes, et surtout Teutatès, dieu de la guerre. Les druides immolaient à leurs dieux des victimes humaines, des criminels ou des prisonniers de guerre. Ils les brûlaient dans des cages d’osier, en chantant pour étouffer leurs cris.

La plus belle de leurs cérémonies religieuses était la cueillette du gui auquel ils attribuaient la vertu de guérir toutes les maladies. Le premier jour de l’an, un druide en robe blanche, monté sur un chêne, coupait avec une faucille d’or le gui qu’il laissait tomber dans un drap blanc, tenu au pied de l’arbre par d’autres druides. On le partageait ensuite entre les assistants, qui passaient la fin de la journée en festins et en réjouissances.[4

Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:23
En Gaule chevelue [modifier]
  • Cités libres (Civitates Liberæ), récompensées de leur fidélité ancienne ou nouvelle mais que l'on espère gagner tout à fait par l'inappréciable avantage de l'immunité.

En Gaule aquitaine [modifier]

Se reporter à Novempopulanie pour la liste des peuples de l'Aquitaine antique.

En Gaule belgique [modifier]

Peuples de la Provincia Romana [modifier]

On peut remarquer que certains de ces noms de peuples — ou de leurs capitales — ont des dérivés à notre époque, soit comme noms de villes — provenant du nom de la capitale de cité ou du peuple lui-même — soit comme habitants de villes — bajocasse est le nom d'un habitant de Bayeux.

Les différents statuts [modifier]

Quelques explications sur le pourquoi des différences de statuts entre les cités, notamment le pourquoi des rares Civitaes Foederatæ:

  • deux raisons très politiques à cela et différentes pour les deux cités éduenne et carnute :
    • les Éduens : rappelons que ce sont les Éduens qui ont « prié » Rome d'intervenir en Gaule, en -58, à cause de certains déplacements de peuples gaulois qui risquaient de restreindre, croyaient-ils, leur territoire. N'attendant que cela, Rome a alors envoyé le sénateur et général Jules César, pour intervenir, et ainsi conquérir d'une façon officielle en Gaule. Les Eduens ont toujours eu des accointances avec Rome, cette dernière l'a donc remercié en lui offrant ce statut particulier.
    • les Carnutes : là, on a affaire à une raison différente. La légende qui veut que les druides des différents peuples celtes de Gaule se réunissaient dans la forêt des Carnutes chaque année est vraie, bien que d'une façon différente de l'image donnée par René Goscinny dans sa B.D. Astérix, tome intitulé Astérix et les Goths. C'est la raison principale du statut donné à la cité des Carnutes. Voulant bien se faire voir par les druides, qui ont plus qu'une place importante dans la société gauloise, Rome a décidé de favoriser leur réunion annuelle, en donnant une place importante au lieu de cette réunion. Cette volonté de se faire valoir aux yeux des druides a disparu par la suite lorsque Rome a voulu faire disparaître ces derniers, pour avoir une politique purement basée sur l'influence des pouvoirs humains, chef de cités et autres, que sur les pouvoirs du divin des druides. De plus, l'influence que les cultes et mythes romains semblait avoir aux yeux des Romains sur les Gaulois, une importance plus grande pour favoriser une romanisation plus avancée.
  • les différentes cités ayant le statut de liberæ sont dues au fait toujours et principalement que celles-ci, soit parce que clientes des Éduens, soit pour des raisons autres, ont aidé Rome très tôt lors de la guerre des Gaules. N'oublions pas que par la suite une section de l'armée romaine, une aile, fut constituée entièrement de cavaliers gaulois, très réputés.
Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:22

Les origines [modifier]

Les Gaulois sont des Celtes qui ont d'abord peuplé l’Europe centrale, puis qui ont commencé à migrer en -1500 vers le Nord-Ouest pour constituer une partie importante de la population des différentes régions de la Gaule.

Les Celtes apparaissent pendant la Protohistoire, c'est-à-dire la période se situant entre la préhistoire et l’Histoire, correspondant à l’âge du cuivre, l’âge du bronze et l’âge du fer.

Les débuts de l'époque gauloise sont difficiles à dater et varient selon les régions considérées. Comme le montre Henri Hubert, le processus a duré plusieurs siècles pendant lesquels plusieurs peuples ont coexisté. Il ne s'est ni soudainement fait par une sorte de guerre d'invasion générale, ni en masse par la migration d'une multitude d'individus isolés, mais par l'arrivée de groupes organisés en tribus peu nombreux, au milieu des autres peuples qui leur accordaient l'hospitalité, des droits définis par des traités et un territoire.

Il est communément admis que la civilisation celtique s'épanouit en Gaules avec La Tène, c'est-à-dire au deuxième âge du fer, vers le Ve siècle av. J.-C.. La ville de Marseille avait déjà été fondée auparavant en -600 par la colonie d'un peuple venu de Grèce, les Phocéens.

Témoignages archéologiques et historiques [modifier]

Certains archéologues font toutefois remonter la civilisation gauloise au VIIIe siècle av. J.-C. ou VIIe siècle av. J.-C. (époque de la civilisation celtique de Hallstatt) : les sources archéologiques de cette époque, telles le tombeau de la princesse de Vix (Côte-d'Or)), daté du début du Ve siècle av. J.-C., attestent de l'existence de princes faisant usage du char et de l'épée longue.

Dans les sources grecques, en particulier de l'époque macédonienne, de nombreuses mentions de Celtes, appartenant sans doute à des peuples gaulois, apparaissent : il est surtout fait référence à leur courage et à leur valeur guerrière. Cela correspond à la période de la plus grande expansion celtique (IVe siècle av. J.-C. et IIIe siècle av. J.-C.).

Dans les sources latines postérieures, les Gaulois des IIe siècle av. J.-C. et Ier siècle av. J.-C. sont clairement distingués des Cimbres, des Teutons (peuplades germano-celtiques), des Bretons et des Helvètes (peuplades celtiques de Grande-Bretagne et de Suisse).

La fin de l'indépendance [modifier]

« L’ensemble de la Gaule est divisé en trois parties : l’une est habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par le peuple qui, dans sa langue, se nomme Celte, et, dans la nôtre, Gaulois. Tous ces peuples diffèrent entre eux par le langage, les coutumes, les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. »
    — Commentaires sur la Guerre des Gaules I-1, Jules César

Indépendante sans être pour autant unifiée, la Gaule fut incorporée militairement à la république romaine en deux étapes : la Gaule méridionale au-delà des Alpes (Gallia bracata en latin, c'est-à-dire Gaule en braies) fut conquise dès la fin du IIe siècle av. J.-C. et « romanisée », semble-t-il, en moins d'un siècle. Elle devint la première province romaine hors d'Italie : la Narbonnaise, et compta la première cité de droit romain hors d'Italie (Narbonne).

La Gaule septentrionale (nommée Gallia comata, c'est-à-dire Gaule chevelue, par Jules César) fut soumise entre -58 et -51 par les légions de ce dernier. Cette « Guerre des Gaules » culmina avec la défaite d'une coalition gauloise menée par l'Arverne Vercingétorix, à Alésia, en -52. L'historiographie romaine ne situe toutefois la fin de la pacification qu'en -51, à la suite d'une ultime victoire sur les restes des coalisés rassemblés sous les ordres du chef Lucterios. La présence de très nombreux lieux-dits « camps de César » en France ne doit pas tromper : la plupart d'entre eux sont des sites postérieurs, datant parfois du Moyen Âge. Cependant, il est probable que la pacification fut plus longue que ce que l'on a longtemps cru et dura au moins jusqu'à l'imperium d'Auguste.

 

Les Gaulois de l'empire [modifier]

Les termes « gaulois » et « Gaule », ainsi que l'essentiel des noms de peuples et de tribus de la Gaule protohistorique restèrent en usage pour désigner peuples et territoires (cités). Par la suite, ces circonsconscriptions et leurs noms se fixèrent dans les diocèses pour parvenir jusqu'à nous: Perrigueux, cité des Pétrocores, Vannes, cité des Vénètes, etc..

En archéologie et en histoire, on a longtemps désigné les Gaulois romanisés ou romains sous le nom de gallo-romains, quoique ce terme n'ait jamais été employé dans les sources.

Héritage gaulois [modifier]

L'héritage que les Gaulois transmirent au reste du monde antique concerne principalement les domaines de l'artisanat : ébénisterie, forge, etc. (le tonneau, notamment, est une invention gauloise), des arts culinaires, des arts militaires (la cotte de mailles celtique fut sans doute le modèle utilisé par les Romains et son usage se répandit en Europe au haut Moyen Âge) et de la langue. Il a survécu à travers la culture romaine durant le haut Moyen Âge.

Dans un but de propagande nationale, l'idéologie de l'école de Jules Michelet, notamment au début du XXe siècle dans le contexte de l'opposition à l'Allemagne, a propagé une vision ethnocentriste du peuple français, privilégiant un élément gaulois indigène par rapport aux éléments romains, germaniques et romans postérieurs. En fait, au XIXe siècle, Napoléon III, auteur d'une biographie de Jules César, a beaucoup contribué à remettre les Gaulois au goût du jour par son implication dans les chantiers de fouilles qui visaient à exhumer les sites de la guerre des Gaules.

On connait si mal la langue gauloise (quelques centaines de mots isolés), et rien de la grammaire et de la prononciation, qu'il est impossible de savoir quel est son apport réel par rapport aux langues latines et germaniques dans la constitution de la langue française; même si c'est redevenu une langue romane, beaucoup de mots comme "roi" ont été rattachés à une étymologie latine "rex" alors que "rix" existe en gaulois. En réalité, de même que les Gaules cisalpine et transalpine avaient le même substrat ethnique, leurs langues étaient sans doute plus proches qu'on ne le suppose.

Les Gaulois utilisaient l'alphabet grec et comme monnaie des divisions du statère grec.

Les Gaulois utilisaient peut-être (mais les témoignages ne sont pas directs et peu sûrs) le système de numération vigésimal (en base 20) ; la présence résiduelle en français de celui-ci (80 se disant quatre-vingts et non octante comme en latin, etc.) est donc vraisemblablement due à cet héritage.

Trace notable, dans la Turquie actuelle, la Galatie est un lointain témoignage de la présence de Gaulois (Galates) qui servirent Alexandre le Grand comme mercenaires avant de s'établir dans cette région d'Asie mineure. Un quartier d'Istamboul leur aurait été réservé et aurait pris leur nom, celui de Galatasaray, « palais des Galates », où auraient résidé les mercenaires engagés par le pouvoir byzantin. C'est du moins l'une des origines possibles du toponyme. À en croire saint Jérôme, dans son commentaire de l’Épître aux Galates, ces derniers parlaient encore au IVe siècle la même langue que les Trévires. Il faut donc supposer qu’à cette époque le gaulois n’avait pas encore disparu d’Asie mineure, ni d'ailleurs de la région de Trèves.

Les Gaulois célèbres :

Clientélisme [modifier]

Les Gaulois, comme nombre de civilisations antiques, tenaient entre eux des rapports fonctionnant sur le principe de la clientèle. Ce lien social très fort apparut à l'époque aristocratique (IIIe siècle av. J.-C. et IIe siècle av. J.-C.) et perdura jusqu'à la conquête, lorsque des notables locaux (les « Vergobrets » étaient l'équivalent de maires) s'étaient substitués aux nobles. Les clients servaient des patrons, sans doute originellement afin de rembourser d'anciennes dettes, de réparer certaines fautes, ou pour d'autres raisons à caractère social et ce lien se transmettait héréditairement. L'homme ou le peuple client était libre (le clientélisme antique est différent de l'esclavage) mais il devait rendre des services ou s'acquitter de tributs. Un patron pouvait avoir plusieurs clients. Il pouvait, enfin, défaire le lien qui pesait sur sa clientèle ou bien transmettre sa clientèle à un autre. Des gens, des familles entières, pouvaient ainsi être clientes d'une personne ou d'une famille puis d'une autre.

Peuples gaulois [modifier]

Liste des peuples au moment de la guerre des Gaules [modifier]

Peuples de la Gaule cités par César[3]
nom français localisation
Allobroges entre le haut Rhône et l'Isère
Ambarres basse vallée de la Saône
Ambiens vallée de la Somme
Ambibarii Armorique (localisation problématique)
Ambiliates (confusion possible avec les Ambiens)
Ambivarètes non localisés, p.-ê. Nord-Est
Andes région d'Angers
Arvernes Auvergne
Atrebates région d'Arras
Atuatuques Belgique - région de Namur
Aulerques Brannovices branche des Aulerques non localisée
Aulerques Cénomans région du Mans
Aulerques Eburovices région d'Évreux
Ausques région d'Auch
Bellovaques région de Beauvais
Bigerrions région de Bigorre
Bituriges Berry
Blannovii confusion possible avec les Aulerques Brannovices
Boïens étrangers installés chez les Éduens
Cadurques Quercy
Calètes Haute-Normandie
Carnutes Beauce
Caturiges haute vallée de la Durance
Ceutrons haute vallée de l'Isère
Cocosates Aquitains mal localisés
Coriosolites Côtes-d'Armor
Diablintes Mayenne
Eleutètes non localisés, peut-être entre le Cantal et l'Aveyron
Elusates Aquitains, région d'Eauze
Esubiens Calvados
Gabales Gévaudan (aujourd'hui Lozère)
Gates Aquitains, non localisés
Graiocèles région du Mont-Cenis
Grudii pagus ou client des Nerviens
Eduens Nivernais, Morvan
Helvètes plateau suisse
Helviens Cévennes
Latobices pagus ou client des Helvètes
Lémovices Limousin
Leuques Haute-Marne
Lévaques pagus ou client des Nerviens
Lexoviens Lieuvin, pays d'Auge
Lingons plateau de Langres
Mandubiens Puisaye et Auxois
Médiomatriques Lorraine
Meldes Brie
Ménapes Belgique - Flandres
Morins Boulonnais, Flandres occidentales
Namnètes pays nantais
Nantuates Valais suisse
Nerviens Belgique - Hainaut, Brabant
Nitiobroges région d'Agen
Osismes Finistère
Parisii région de Paris
Pétrocores Périgord
Pictons Poitou
Pleumoxii pagus ou client des Nerviens
Ptianii Aquitains, non localisés
Rauraques région de Bâle
Redones région de Redon
Rèmes Champagne
Rutènes région d' Albi et de Rodez
Santons Saintonge
Sédunes Suisse - région de Sion
Ségusiaves Forez
Sénons Beauce, Gâtinais
Séquanes Franche-Comté, une partie de la Haute-Alsace et de l'Ain
Sotiates Aquitains, région de Sos
Suessions Soissonnais
Tarbelles région de Tarbes
Tarusates Aquitains, pays d'Albret ?
Tigurins alliés des Helvètes, non localisés
Trévires Luxembourg, Allemagne -Trêves
Tulinges alliés des Helvètes, non localisés
Turons Touraine
Unelles Cotentin
Véliocasses Vexin
Vellaves Velay
Vénètes Morbihan
Véragres Suisse - région de Martigny
Viromanduens Vermandois, Thiérache
Vocates Aquitains, pays de Buch
Voconces Comtat, Préalpes de Provence
Volques Arécomiques Languedoc
Volques Tectosages haute vallée de la Garonne

 

Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:18

Dumnorix, chef éduen de haute naissance, frère de Diviciacos et gendre d'Orgétorix, roi des Helvètes. Il s'opposa à Jules César. Les seules informations connues sur Dumnorix proviennent de la Guerre des Gaules. A Bibracte, capitale des Éduens, on a retrouvé des monnaies à son effigie ainsi que quelques inscriptions de son nom.

Étymologie [modifier]

Du gaulois dumno (monde) et rix (roi), son nom signifie littéralement le roi du monde.

Sa vie [modifier]

D'après les écrits de César, Dumnorix, alors vergobret des Éduens conspira avec Orgétorix, le chef helvète qui préparait la migration de son peuple, et Casticus, chef séquane pour prendre le contrôle respectif de leurs tribus puis s'emparer de la Gaule entière. Dumnorix épousa la fille D'Orgétorix pour sceller leur alliance. Les helvètes découvrirent la conspiration et jugèrent Orgétorix. Ils poursuivirent cependant leurs plans de migration.

En -58, lors de la migration des helvètes, il agit pour autoriser le passage des Helvètes sur les terres séquanes. Puis, il usa de son influence sur le peuple pour empêcher la livraison de blé que les Éduens avaient promis à César. Enfin, lors de la bataille des Romains contre les Helvètes, il s'enfuit avec sa cavalerie des rangs romains pour ne pas combattre ces derniers. de Il est dénoncé par le vergobret Liscus et son propre frère Diviciacos. César lui pardonna pour ne pas perturber les liens amicaux qu'il entretient avec Diviciacos, mais le fit cependant surveiller. Il continua cependant à comploter.

En -54, il complote contre César qui voulait l'obliger à le suivre dans son invasion de la Bretagne(l'île) pour le surveiller. En voici l'extrait de La Guerre des Gaules (5.6):

Au nombre de ces chefs était l’Héduen Dumnorix, dont nous avons déjà parlé. Il était des premiers que César eût pensé à garder avec lui, car il savait son goût de l’aventure, sa soif de domination, sa hardiesse et l’autorité dont il jouissait parmi les Gaulois. De plus, Dumnorix avait dit dans une assemblée des Héduens que César lui offrait d’être roi de ce peuple, propos qui les inquiétait fort, sans qu’ils osassent députer à César pour dire qu’ils n’acceptaient pas son projet ou prier qu’il y renonçât. César avait connu le trait par ses hôtes. Dumnorix commença par user de toutes sortes de prières pour obtenir qu’on le laissât en Gaule : « Il n’avait pas l’habitude de naviguer et redoutait la mer ; il était retenu par des devoirs religieux. » Quand il vit qu’il se heurtait à un refus catégorique, n’ayant plus aucun espoir de succès, il se mit à intriguer auprès des chefs gaulois, leur faisant peur, les prenant chacun à part et les exhortant à rester sur le continent : « Ce n’était pas sans raison, disait-il, qu’on enlevait à la Gaule toute sa noblesse : le projet de César, qui n’osait pas la massacrer sous les yeux des Gaulois, était de la transporter en Bretagne pour l’y faire périr. » Aux autres, Dumnorix jurait et faisait jurer qu’ils exécuteraient d’un commun accord ce qu’ils croiraient utile aux intérêts de la Gaule. Bien des gens dénonçaient ces menées à César.

Dumnorix s'enfuit avec sa cavalerie. César ordonna qu'on le ramenât et qu'on le tuât s'il résistait. Dumnorix fut ainsi tué et sa cavalerie rejoignit les armées de César.

Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:18

Dumnorix, chef éduen de haute naissance, frère de Diviciacos et gendre d'Orgétorix, roi des Helvètes. Il s'opposa à Jules César. Les seules informations connues sur Dumnorix proviennent de la Guerre des Gaules. A Bibracte, capitale des Éduens, on a retrouvé des monnaies à son effigie ainsi que quelques inscriptions de son nom.

Étymologie [modifier]

Du gaulois dumno (monde) et rix (roi), son nom signifie littéralement le roi du monde.

Sa vie [modifier]

D'après les écrits de César, Dumnorix, alors vergobret des Éduens conspira avec Orgétorix, le chef helvète qui préparait la migration de son peuple, et Casticus, chef séquane pour prendre le contrôle respectif de leurs tribus puis s'emparer de la Gaule entière. Dumnorix épousa la fille D'Orgétorix pour sceller leur alliance. Les helvètes découvrirent la conspiration et jugèrent Orgétorix. Ils poursuivirent cependant leurs plans de migration.

En -58, lors de la migration des helvètes, il agit pour autoriser le passage des Helvètes sur les terres séquanes. Puis, il usa de son influence sur le peuple pour empêcher la livraison de blé que les Éduens avaient promis à César. Enfin, lors de la bataille des Romains contre les Helvètes, il s'enfuit avec sa cavalerie des rangs romains pour ne pas combattre ces derniers. de Il est dénoncé par le vergobret Liscus et son propre frère Diviciacos. César lui pardonna pour ne pas perturber les liens amicaux qu'il entretient avec Diviciacos, mais le fit cependant surveiller. Il continua cependant à comploter.

En -54, il complote contre César qui voulait l'obliger à le suivre dans son invasion de la Bretagne(l'île) pour le surveiller. En voici l'extrait de La Guerre des Gaules (5.6):

Au nombre de ces chefs était l’Héduen Dumnorix, dont nous avons déjà parlé. Il était des premiers que César eût pensé à garder avec lui, car il savait son goût de l’aventure, sa soif de domination, sa hardiesse et l’autorité dont il jouissait parmi les Gaulois. De plus, Dumnorix avait dit dans une assemblée des Héduens que César lui offrait d’être roi de ce peuple, propos qui les inquiétait fort, sans qu’ils osassent députer à César pour dire qu’ils n’acceptaient pas son projet ou prier qu’il y renonçât. César avait connu le trait par ses hôtes. Dumnorix commença par user de toutes sortes de prières pour obtenir qu’on le laissât en Gaule : « Il n’avait pas l’habitude de naviguer et redoutait la mer ; il était retenu par des devoirs religieux. » Quand il vit qu’il se heurtait à un refus catégorique, n’ayant plus aucun espoir de succès, il se mit à intriguer auprès des chefs gaulois, leur faisant peur, les prenant chacun à part et les exhortant à rester sur le continent : « Ce n’était pas sans raison, disait-il, qu’on enlevait à la Gaule toute sa noblesse : le projet de César, qui n’osait pas la massacrer sous les yeux des Gaulois, était de la transporter en Bretagne pour l’y faire périr. » Aux autres, Dumnorix jurait et faisait jurer qu’ils exécuteraient d’un commun accord ce qu’ils croiraient utile aux intérêts de la Gaule. Bien des gens dénonçaient ces menées à César.

Dumnorix s'enfuit avec sa cavalerie. César ordonna qu'on le ramenât et qu'on le tuât s'il résistait. Dumnorix fut ainsi tué et sa cavalerie rejoignit les armées de César.

Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:18

Dumnorix, chef éduen de haute naissance, frère de Diviciacos et gendre d'Orgétorix, roi des Helvètes. Il s'opposa à Jules César. Les seules informations connues sur Dumnorix proviennent de la Guerre des Gaules. A Bibracte, capitale des Éduens, on a retrouvé des monnaies à son effigie ainsi que quelques inscriptions de son nom.

Étymologie [modifier]

Du gaulois dumno (monde) et rix (roi), son nom signifie littéralement le roi du monde.

Sa vie [modifier]

D'après les écrits de César, Dumnorix, alors vergobret des Éduens conspira avec Orgétorix, le chef helvète qui préparait la migration de son peuple, et Casticus, chef séquane pour prendre le contrôle respectif de leurs tribus puis s'emparer de la Gaule entière. Dumnorix épousa la fille D'Orgétorix pour sceller leur alliance. Les helvètes découvrirent la conspiration et jugèrent Orgétorix. Ils poursuivirent cependant leurs plans de migration.

En -58, lors de la migration des helvètes, il agit pour autoriser le passage des Helvètes sur les terres séquanes. Puis, il usa de son influence sur le peuple pour empêcher la livraison de blé que les Éduens avaient promis à César. Enfin, lors de la bataille des Romains contre les Helvètes, il s'enfuit avec sa cavalerie des rangs romains pour ne pas combattre ces derniers. de Il est dénoncé par le vergobret Liscus et son propre frère Diviciacos. César lui pardonna pour ne pas perturber les liens amicaux qu'il entretient avec Diviciacos, mais le fit cependant surveiller. Il continua cependant à comploter.

En -54, il complote contre César qui voulait l'obliger à le suivre dans son invasion de la Bretagne(l'île) pour le surveiller. En voici l'extrait de La Guerre des Gaules (5.6):

Au nombre de ces chefs était l’Héduen Dumnorix, dont nous avons déjà parlé. Il était des premiers que César eût pensé à garder avec lui, car il savait son goût de l’aventure, sa soif de domination, sa hardiesse et l’autorité dont il jouissait parmi les Gaulois. De plus, Dumnorix avait dit dans une assemblée des Héduens que César lui offrait d’être roi de ce peuple, propos qui les inquiétait fort, sans qu’ils osassent députer à César pour dire qu’ils n’acceptaient pas son projet ou prier qu’il y renonçât. César avait connu le trait par ses hôtes. Dumnorix commença par user de toutes sortes de prières pour obtenir qu’on le laissât en Gaule : « Il n’avait pas l’habitude de naviguer et redoutait la mer ; il était retenu par des devoirs religieux. » Quand il vit qu’il se heurtait à un refus catégorique, n’ayant plus aucun espoir de succès, il se mit à intriguer auprès des chefs gaulois, leur faisant peur, les prenant chacun à part et les exhortant à rester sur le continent : « Ce n’était pas sans raison, disait-il, qu’on enlevait à la Gaule toute sa noblesse : le projet de César, qui n’osait pas la massacrer sous les yeux des Gaulois, était de la transporter en Bretagne pour l’y faire périr. » Aux autres, Dumnorix jurait et faisait jurer qu’ils exécuteraient d’un commun accord ce qu’ils croiraient utile aux intérêts de la Gaule. Bien des gens dénonçaient ces menées à César.

Dumnorix s'enfuit avec sa cavalerie. César ordonna qu'on le ramenât et qu'on le tuât s'il résistait. Dumnorix fut ainsi tué et sa cavalerie rejoignit les armées de César.

Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:18

Dumnorix, chef éduen de haute naissance, frère de Diviciacos et gendre d'Orgétorix, roi des Helvètes. Il s'opposa à Jules César. Les seules informations connues sur Dumnorix proviennent de la Guerre des Gaules. A Bibracte, capitale des Éduens, on a retrouvé des monnaies à son effigie ainsi que quelques inscriptions de son nom.

Étymologie [modifier]

Du gaulois dumno (monde) et rix (roi), son nom signifie littéralement le roi du monde.

Sa vie [modifier]

D'après les écrits de César, Dumnorix, alors vergobret des Éduens conspira avec Orgétorix, le chef helvète qui préparait la migration de son peuple, et Casticus, chef séquane pour prendre le contrôle respectif de leurs tribus puis s'emparer de la Gaule entière. Dumnorix épousa la fille D'Orgétorix pour sceller leur alliance. Les helvètes découvrirent la conspiration et jugèrent Orgétorix. Ils poursuivirent cependant leurs plans de migration.

En -58, lors de la migration des helvètes, il agit pour autoriser le passage des Helvètes sur les terres séquanes. Puis, il usa de son influence sur le peuple pour empêcher la livraison de blé que les Éduens avaient promis à César. Enfin, lors de la bataille des Romains contre les Helvètes, il s'enfuit avec sa cavalerie des rangs romains pour ne pas combattre ces derniers. de Il est dénoncé par le vergobret Liscus et son propre frère Diviciacos. César lui pardonna pour ne pas perturber les liens amicaux qu'il entretient avec Diviciacos, mais le fit cependant surveiller. Il continua cependant à comploter.

En -54, il complote contre César qui voulait l'obliger à le suivre dans son invasion de la Bretagne(l'île) pour le surveiller. En voici l'extrait de La Guerre des Gaules (5.6):

Au nombre de ces chefs était l’Héduen Dumnorix, dont nous avons déjà parlé. Il était des premiers que César eût pensé à garder avec lui, car il savait son goût de l’aventure, sa soif de domination, sa hardiesse et l’autorité dont il jouissait parmi les Gaulois. De plus, Dumnorix avait dit dans une assemblée des Héduens que César lui offrait d’être roi de ce peuple, propos qui les inquiétait fort, sans qu’ils osassent députer à César pour dire qu’ils n’acceptaient pas son projet ou prier qu’il y renonçât. César avait connu le trait par ses hôtes. Dumnorix commença par user de toutes sortes de prières pour obtenir qu’on le laissât en Gaule : « Il n’avait pas l’habitude de naviguer et redoutait la mer ; il était retenu par des devoirs religieux. » Quand il vit qu’il se heurtait à un refus catégorique, n’ayant plus aucun espoir de succès, il se mit à intriguer auprès des chefs gaulois, leur faisant peur, les prenant chacun à part et les exhortant à rester sur le continent : « Ce n’était pas sans raison, disait-il, qu’on enlevait à la Gaule toute sa noblesse : le projet de César, qui n’osait pas la massacrer sous les yeux des Gaulois, était de la transporter en Bretagne pour l’y faire périr. » Aux autres, Dumnorix jurait et faisait jurer qu’ils exécuteraient d’un commun accord ce qu’ils croiraient utile aux intérêts de la Gaule. Bien des gens dénonçaient ces menées à César.

Dumnorix s'enfuit avec sa cavalerie. César ordonna qu'on le ramenât et qu'on le tuât s'il résistait. Dumnorix fut ainsi tué et sa cavalerie rejoignit les armées de César.

Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 17:17

Les Éduens (Haedui en latin) étaient un peuple de la Gaule celtique.

Les Éduens étaient établis dans les départements français actuels de l'Allier, la Côte-d'Or, la Nièvre et la Saône-et-Loire. Bibracte était leur capitale. Ils disposent des riches terres de la vallée de la Saône, et sont voisins (et ennemis) des Séquanes à l'est et des Arvernes au sud-ouest.

Ils étaient régis par un chef électif, le vergobret.

Les Romains firent alliance avec eux, et le sénat les proclama frères de la république. Rome profita de la rivalité qui divisait les Éduens et les Arvernes pour intervenir dans les affaires de la Gaule et l'asservir plus facilement en 57 ans av. J.-C.

Alliés des Romains qui les considéraient comme des « frères de sang », ils avaient appelé ceux-ci à leur secours devant la menace des Helvètes. Fournisseurs de contingents militaires à César, ils se rallièrent tardivement (et non sans réticences) à Vercingétorix en 52 av. J.-C..

La cité éduenne est intégrée dans la Gaule lyonnaise après la conquête romaine, avec pour nouvelle capitale Autun (Augustodunum). L'empereur Claude leur accorda le droit de cité complet en 48, dans un discours fameux transcrits sur les Tables Claudiennes.

Sommaire

[masquer]

Étymologie [modifier]

Aedui (ou Hedui, Haedui) chez les Romains, Aidousioi dans les Chroniques de l’Athénien Apollodore. Tous ces termes proviennent d'une même racine qui donna aussi bien des termes grecs que des mots de langues celtiques :

Ainsi, les Éduens seraient Les Ardents, Les hommes de feu[1]

Le peuple éduen [modifier]

Selon César, les Éduens étaient le peuple le plus puissant des Gaules puisque qu'ils avaient de nombreux clients ainsi que le principat de toute la Gaule. Ceci devait être une fonction provisoire attribuée au chef d'une tribu par l'Assemblée des Gaules. Malheureusement, il y a peu ou pas de sources à ce sujet. On sait seulement d'après les Commentaires sur la Guerre des Gaules que César l'a convoqué et que ce n'était pas la première fois que les chefs de tribus se réunissaient. En revanche, on connait une assemblée similaire en Irlande : Lugnasad.

Durant la période connue par les historiens (début de l'alliance avec Rome), leur puissance a été contestée. En effet, les Arvernes ont menacé leur puissance mais ont été battu en -121 par les armées romaines venues au secours des Éduens. Il faudra alors attendre -60 pour voir la puissance éduenne menacée par les Séquanes.

Système politique [modifier]

Article détaillé : Vergobret.

Tout comme à Rome, il existait un sénat réunissant les familles aristocratiques éduennes. Seul un membre de chaque famille pouvait y siéger, évitant ainsi la domination d'une seule famille sur la tribu. Au dessus de cette assemblée, le vergobret, élu publiquement par un conseil dirigée par les druides, exerçait ses fonctions pendant un an. Pendant ses fonctions, il lui était interdit de sortir des frontières du territoire éduen. Ainsi, il ne pouvait commander l'armée et donc instaurer une monarchie. Chez les Éduens, il semble que le vergobret exerçait aussi un rôle judiciaire.

Les druides occupaient également de hautes fonctions puisque Diviciacos fut l'ambassadeur du peuple éduen au sénat pour demander de l'aide contre l'alliance des Séquanes et des germains d'Arioviste. Il dirigea même la cavalerie éduenne durant la guerre des Gaules.

Éduens connus [modifier]

Quelques noms d'éduens nous sont parvenus aux travers de l’œuvre de César ou d'objets retrouvés sur le site de Bibracte :

(Voir aussi la Catégorie Éduens)

Le territoire éduen en Gaule [modifier]

Localisation géographique [modifier]

Les Éduens habitaient au sud des Lingones et à l'ouest de la Grande-Séquanaise ; leur pays répondait à une partie du Nivernais et de la Bourgogne ; c'était, avec les Arverni, le peuple le plus puissant de la Gaule. Leurs villes principales étaient Bibracte (mont Beuvray), Cabillonum (Chalon-sur-Saône), Matisco (Mâcon), Nevirnum (Nevers). Leur capitale, Bibracte fut délaissée après la guerre des Gaules en faveur d'Augustodunum (Autun).

Les peuples alliés et subordonnés [modifier]

On nomme ici par peuples alliés, ceux que César nommait « frères et de même sang » dans la Guerre des Gaules, ce qui implique une alliance étroite, sur un pied d'égalité. Il réside entre ces peuples une bonne entente et des liens cordiaux. Seul le peuple des Ambarres (dans l'Ain) possédait ce titre[2].

Puis, viennent ce que César appelle les clients qui sont des peuples subordonnés politiquement aux Éduens. On compte parmi eux les Séquanes[3] et les Mandubiens (d'Alésia). Les textes antiques ne précisent pas leurs rapports. Toutefois, les historiens jugent plausibles que les Mandubiens étaient des clients, sinon une fraction des Éduens.

La confédération éduenne [modifier]

La confédération éduenne
La confédération éduenne

Les Éduens faisaient partis, à plus grande échelle d'une confédération de tribus celtes avec des rapports qui sont cependant plus distendus :

mais aussi

On peut y ajouter aussi les Ambluarètes et les Blannovi[8]. Cependant, le nom des Ambluarètes ne nous est connu que par César. On ne connait donc pas leurs territoires exacts ni les véritables liens qu'ils entretiennent avec les Éduens.

De nombreux peuples rejoignent ou retournent sous l'allégeance des Éduens quand ils voient le sort qu'est réservé aux alliés des Romains au début de La Guerre des Gaules.

Enfin, les Éduens par l'intermédiaire des Romains ont des alliances de circonstances avec la confédération des Suessions et des Rèmes (leurs anciens ennemis) durant la guerre des Gaules.

Histoire [modifier]

L'alliance avec Rome [modifier]

Genèse [modifier]

D'après des sources grecques[9], celle-ci est antérieure à 138 av. J.-C. Selon certains historiens[10], l'alliance aurait été conclu au IIIe siècle ou au début du IIe siècle, époque à laquelle les Romains ont forgés leurs légendes divines et donc leurs liens de sang avec Troie, ainsi que leurs alliances avec des cités telles que Massalia. Il n'est donc pas impossible que les Éduens aient été intégrés à ces légendes et donc considérés comme frères de sang[11] par le Sénat romain. En effet, les Arvernes se sont aussi revendiqués de ce lien de parenté avec Rome bien que Rome ne l'ai jamais accepté.[12]

Les historiens ont conjecturé certaines raisons de cette alliance avec Rome. L'hypothèse la plus probable consiste à penser que le territoire éduen (qui contrôlait la Loire, la Saône et l'Yonne) était propice aux rencontres avec des marchants italiens remontant ces fleuves. D'autres pensent qu'ils se sont rencontrés par le biais d'alliances avec des peuples de Narbonnaise et de Cisalpine. Selon César, l'alliance tenait à la grandeur de ce peuple qui détenait le principat de la Gaule entière'[13]. Réciproquement, les Éduens auraient agi dans le même sens, connaissant sans doute la puissance de Rome et le prestige qu'ils pouvaient en tirer pour rivaliser avec les autres peuples de Gaule.

Fonctionnement de l'alliance [modifier]

C'est l'historien Florus (IIe siècle qui s'est inspiré de l’œuvre de Tite-Live qui nous renseigne sur l'aide militaire que les Romains vont apporter aux éduens en 121 av. J.-C. en écrasant les Allobroges et les Arvernes aux confluents du Rhône et de l'Isère : La première nation transalpine qui sentit la force de nos armes fut celle des Saliens, dont les incursions avaient forcé la ville de Marseille, notre très fidèle amie et alliée, à se plaindre à nous. Nous domptâmes ensuite les Allobroges et les Arvernes, contre lesquels les Eduens nous adressèrent de semblables plaintes, et implorèrent notre aide et notre secours. Nous eûmes pour témoins de nos victoires, et le Var, et l'Isère, et la Sorgue, et le Rhône, le plus rapide des fleuves. Les Barbares éprouvèrent la plus grande terreur à la vue des éléphants, dignes de se mesurer avec ces nations farouches. Rien, dans le triomphe, ne fut aussi remarquable que le roi Bituitus, couvert d'armes de diverses couleurs, et monté sur un char d'argent, comme il avait combattu.[14] On ne sait pas si cette victoire a permis le retour de l'hégémonie éduenne sur la Gaule, mais selon César, ce n'est que vers -60 avec l'arrivée d'Arioviste.

Implication des Éduens dans la Guerre des Gaules [modifier]

Romanisation [modifier]

Sous le règne de l'empereur Tibère, une révolte éclate chez les Trévire et les Éduens (21 ap. J.-C.), mais la rébellion est rapidement matée (Tacite, Annales, III, 40).

Repost 0

Présentation

  • : humeurs et passions
  •   humeurs et passions
  • : coups de coeur, coups de gueule, coups de blues
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories